Aller au contenu principal
Le sport brésilien en poupe

Comment devient-on un champion ? La photographe brésilienne Claudia Jaguaribe essaie de répondre à cette question en s'éloignant des compétitions et en s'attachant aux routines journalières des athlètes brésiliens les plus doués.

Une exposition de photos de C. Jaguaribe a eu lieu à l'occasion d'une commémoration récente du 500e anniversaire de l'arrivée des Portuguais au Brésil qui s'est tenue au siège de la BID à Washington D.C.

C. Jaguaribe a choisi le sport comme thème lorsqu'elle a pris en photo, pour un grand journal brésilien, pour la première fois, des Brésiliens participant aux jeux olympiques de 1996. Elle explique qu'elle n'a pas été attirée par les feux de l'actualité projetés sur la compétition , mais a voulu plutôt étudier le travail physique et émotionnel investi dans l'élaboration d'une carrière d'athlète.

" Ce thème n'avait jamais été abordé auparavant, et on se devait d'en parler car les Brésiliens tiennent une place de plus en plus importante dans les sports ", explique-t-elle. Après avoir quitté du jour au lendemain son emploi précédent, en majeure partie la photographie de mode, elle a contacté la plupart des grands athlètes brésiliens et de nombreux nouveaux athlètes à l'avenir prometteur, et elle leur a demandé si elle pouvait prendre des photos d'eux dans un cadre hors compétition.

Au cas par cas. Même s'il s'agit de sports d'équipe, les photos de C. Jaguaribe s'attachent aux athlètes en tant qu'individus.

" J'étais davantage intéressée de découvrir comment chacun d'entre eux pouvait s'épanouir en tant qu'individu, pouvait se réaliser ", explique C. Jaguaribe. Pour ses photos, elle a tenu à faire une distinction entre les athlètes du passé et ceux du présent. Les concurrents d'aujourd'hui ont été pris en photo lorsqu'ils pratiquent leur sport d'élection. Par contre, les athlètes à la retraite ont été pris dans des poses détendues en studio.

Des idoles du passé. Les Brésiliens sont réputés pour leur talent athlétique, en particulier pour des sports comme le football, le basketball et le volleyball. Pelé pour le foot. Oscar Schmidt pour le basket masculin, et Hortência de Fátima Marcari Oliva pour le basket féminin ne sont qu'une poignée d'athlètes qui se sont imposés dans le monde, ont ouvert la voie à de nouvelles générations d'athlètes brésiliens.

Le foot reste le sport dominant au Brésil, et depuis les années où Pelé est devenu mondialement connu, de nombreux autres joueurs ont été une source d'inspiration pour les supporters internationaux. Des joueurs établis comme José Roberto Gama de Oliveira, connu sous le nom de Bebeto, et ceux qui montent comme Felipe Jorge Loureiro sont parmi le groupe des superstars brésiliennes du foot.

Cependant, le succès remporté par les athlètes brésiliens dans d'autres sports, et en particulier aux jeux olympiques, a élargi la gamme de sports auxquels s'adonnent les jeunes du pays.

Le tennis, un sport dont on a fait la publicité au Brésil dans les années 60 à cause de Maria Esther Bueno (une championne de simple et double à Wimbledon), bénéficie d'une nouvelle popularité grâce à des joueurs comme Gustavo Kuerten qui est âgé de 23 ans et a remporté Roland Garros en 1997.

Les Brésiliens sont en train de se distinguer dans une gamme de plus en plus élargie de sports olympiques comme la course, la gymnastique, et le volleyball de plage. Les photos de Jaguaribe montrent Soraya Ida de Carvalhom, une gymnaste de 21 ans qui a représenté son pays aux jeux olympiques de 1996 à Atlanta, et Sandra Tavares Pires, médaille d'or olympique de 26 ans pour le volleyball féminin de plage.

L'exposition de photos à la BID ne montre qu'un échantillon des nombreuses photos d'athlètes brésiliens prises par C. Jaguaribe. Toutes ses photos ont été publiées dans son dernier livre nommé Atletas do Brasil, dans lequel on trouve 194 photos de teinte sépia d'athlètes professionnels et en herbe, allant d'un gymnaste de 14 ans jusqu'à un professeur de 86 ans.

C. Jaguaribe est convaincue que le combat engagé par un athlète pour réussir a un attrait universel parce qu'il reprend un aspect essentiel de toute entreprise humaine. " Le sport est un moyen naturel d'acquérir confiance en soi et persévérance (pouvant être utilisées) dans toutes les circonstances ", a-t-elle affirmé.

Jump back to top