Aller au contenu principal
La BID investit dans une entreprise novatrice: l’enseignement virtuel

Si des géants comme ITESM (Institut technologique d’études supérieures de Monterrey) et Unext sont en train de s’approprier une part du marché mondial de l’enseignement supérieur virtuel, l’Association péruvienne pour la promotion des instituts technologiques supérieurs (TECSUP) se sert d’Internet pour satisfaire la demande intérieure comprimée.

TECSUP, qui est un prestataire privé d’enseignement technique et commercial, a été fondée en 1982 par des industriels péruviens cherchant à atténuer la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée. Cette institution est réputée pour offrir aux techniciens des cours de formation et de perfectionnement de qualité supérieure. Un total de 175 entreprises nationales ont fait don de plus de 18 millions de dollars pour faire fonctionner TECSUP, et les entrepreneurs participent activement à la définition de la mission et des méthodes de l’institution.

TECSUP offre des programmes d’études sur trois ans avec un diplôme technique à la clé, ainsi que des cours individuels dans des domaines allant des qualifications en matière de gestion et de la programmation informatique à l’installation, au fonctionnement et à la maintenance du matériel industriel. L’institution propose également des cours de perfectionnement techniques à court terme pour ceux qui sont déjà dans la vie active et ont besoin de parfaire leurs qualifications. Jusqu’à présent, 1 136 cours de formation à court terme ont été donnés à 18 700 étudiants.

Bien que TECSUP ait des campus à Lima et Arequipa, la deuxième grande ville du pays, sa faculté est consciente depuis longtemps de la nécessité de se mettre à la portée des étudiants qui ne peuvent pas faire la navette entre leur domicile et ces campus. A cette fin, TECSUP est devenue en 1999 la première institution pédagogique péruvienne à lancer un campus virtuel. Des spécialistes de programmes d’études à l’ITESM et à l’Université en ligne de Catalogne (Espagne) lui ont apporté leur concours pour la conception des cours, et TECSUP a signé un accord de coopération avec l’Université polytechnique de Madrid afin que les cours à distance soient homologués.

Aujourd’hui, 437 techniciens sont inscrits à 38 cours de formation d’Internet proposés par TECSUP virtuelle. Plus de 1 600 étudiants ont déjà terminé leurs cours virtuels. Le campus virtuel permet aux étudiants de prendre des cours quand ils le veulent, de chez eux ou de leur lieu de travail, des locaux de TECSUP ou des kiosques publics Internet qui sont devenus rapidement disponibles dans l’ensemble du pays. Environ 40 % des étudiants de TECSUP en formation continue à distance se connectent au campus depuis leur travail, 30 % à partir des kiosques publiques et 20 % de leur logement. A peu près 40 % des étudiants inscrits au campus virtuel sont de Lima et le reste d’entre eux vivent dans 67 autres localités réparties dans tout le pays.

Les cours d’Internet de TECSUP durent en général sept semaines. Les étudiants peuvent lire du matériel pédagogique, effectuer des auto-évaluations, participer à des débats avec d’autres étudiants et communiquer avec le professeur par Internet. Ils travaillent à leur rythme et à l’heure qu’ils veulent, mais on exige d’eux qu’ils viennent passer en personne un examen final à un centre d’examen de TECSUP. Le personnel enseignant suit un programme continu de formation ou des méthodes pédagogiques virtuelles afin de répondre plus efficacemment aux besoins des étudiants en ligne.

Si TECSUP virtuelle s’est développée au même moment où l’accès à Internet a connu une rapide expansion au Pérou, l’institution est très loin de satisfaire à la demande pour la formation continue des travailleurs. Pour aider à financer l’expansion en cours des programmes en ligne, le Fonds d’investissement multilatéral de la BID a approuvé l’année dernière un don d’1 million de dollars destiné à TECSUP (se référer au lien à droite pour lire une brève description de ce projet). Avec ces fonds, TECSUP virtuelle prévoit l’inscription de 7900 nouveaux techniciens et de 840 étudiants voulant obtenir des diplômes techniques dans les trois années à venir.

Mario Rivera Orams, directeur général de TECSUP, explique que le don de la BID permettra la création de nouveaux cours par son personnel, une inscription en hausse d’étudiants se trouvant dans les provinces reculées du pays, et une meilleure perception de l’enseignement au moyen d’Internet. "Cela nous permettra également de diminuer le fossé numérique qui existe en favorisant un plus grand accès à l’informatique et en offrant des opportunités égales en faveur du développement dans tout le Pérou", soutient Rivera.

Cet article a été adapté à partir d’un rapport écrit par les spécialistes pédagogiques à la BID, Larry Wolff et Norma García et contient des informations supplémentaires apportées par Jorge Zavaleta du bureau extérieur de la BID au Pérou.

Jump back to top