Aller au contenu principal
Haïti reçoit $39 millions de l’Espagne et de la BID pour l’amélioration des services d’alimentation d’eau et d’assainissement

La Banque interaméricaine de développement et le gouvernement espagnol octroieront des dons et prêts d’une valeur totale de $39 millions à Haïti, pour ce qui constitue la première phase d’un partenariat sans précédent visant à remédier aux problèmes d’eau et d’assainissement auxquels sont confrontées les populations les plus pauvres d’Amérique latine et des Caraïbes. 

Il s’agit des premiers projets conjointement financés par la BID et le Fonds de coopération espagnol (le Fond espagnol) pour l’alimentation en eau et l’assainissement en Amérique latine et aux Caraïbes, une initiative annoncée l’année dernière par le Premier ministre espagnol José Luis Rodríguez Zapatero.

En juillet 2009, la BID et le gouvernement espagnol ont conclu un accord par lequel ils s’engagent à financer et exécuter conjointement des projets en puisant dans les ressources du Fonds espagnol. Ce partenariat exploitera le large portefeuille de projets de la BID dans le secteur de l’alimentation en eau et l’assainissement, ainsi que son vaste réseau de spécialistes travaillant dans les bureaux hors-siège, pour rapidement mener à bien les projets jugés prioritaires par les gouvernements d’Amérique latine et des Caraïbes. 

Haïti recevra un don de $20 millions du Fonds espagnol et de $19 millions de la BID, pour l’expansion et l’amélioration des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement pour environ 150 000 personnes à Saint-Marc, Port-de-Paix, Les Cayes, Jacmel, Ouanaminthe et Cap-Haïtien.

En plus d’Haïti, la BID et l’Espagne ont accordé de donner $100 sous forme de prêts et dons à la Bolivie (consulter link à droite), et envisagent de cofinancer des projets au Brésil, au Costa Rica, en Équateur, au Guatemala, au Honduras, au Paraguay, au Pérou, en République dominicaine, au Salvador et en Uruguay, d’ici mi-2010. L’Espagne contribuera à hauteur de $407 millions sous forme de dons pour l’ensemble de ces projets, tandis que la BID fournira $213 millions à titre de dons et de prêts et supportera les coûts liés à la préparation et la mise en œuvre des projets. Les gouvernements de la région contribueront avec $77 millions en fond de contrepartie. Près de 4 millions des populations rurales et urbaines à faible revenu devraient bénéficier de ces projets.

« Ce partenariat est un geste de solidarité historique du peuple espagnol à l’égard de notre région », a affirmé le Président de la BID, Luis Alberto Moreno. « Ces dons généreux accroîtront le montant des liquidités de la BID, lui permettant d’entreprendre davantage de projets ambitieux qui amélioreront la santé et la qualité de vie de centaines de milliers d’habitants des deux pays les plus pauvres de l’hémisphère ». 

Les services d’eau et d’assainissement d’Haïti sont parmi les plus défectueux de l’hémisphère. Le pays ne dispose pas de réseau d’assainissement et, d’après le recensement de 2003, seuls 8,5 % des ménages sont connectés à un système d’alimentation en eau potable.

Pour mettre fin à cette situation, $14,2 millions seront consacrés à l’extension de la couverture en eau potable. Cette composante améliorera l’accès à l’eau potable pour environ 150 000 personnes et financera l’expansion et la remise en état du système de distribution d’eau de Jacmel ; la construction de réseaux d’approvisionnement en eau potable dans les zones périurbaines de Port-de-Paix et Saint-Marc ; la remise en état et l’extension du réseau de Cap-Haïtien ; et l’augmentation du nombre de bornes fontaines publiques.

Dix-sept des $39 millions de dons seront utilisés pour mettre en place des services d’assainissement individuels et collectifs, développer les systèmes d’enlèvement, de transport et d’évacuation des ordures ménagères, améliorer l’entretien des systèmes de drainage pluvial, appuyer des programmes d’hygiène publique et établir des normes relatives à la gestion des eaux usées. Un des objectifs de ces efforts est la reduction de l’incidence de maladies tropicales liées à l’eau.

Par ailleurs, une partie des fonds servira à renforcer les capacités institutionnelles et techniques de la Direction nationale d’eau potable et d’assainissement (DINEPA) et à organiser une campagne d’éradication des vers parasites liés au mauvais état des services d’eau et d’assainissement. Cette campagne mettra un accent particulier sur le traitement des enfants âgés de 1 à 12 ans.

Jump back to top