Aller au contenu principal
Un chez-soi

La famille Cruz debout devant une hutte construite à l'aide de planches récupérées dans les décombres de leur maison.

« Le quatrième jour de pluie, nous nous sommes aperçus en nous levant que notre maison était coupée en deux. »

C'est ainsi que Kenia Elisabeth Cruz, mère de deux enfants, évoque les derniers moments qu'elle a vécus dans une maisonnette en planches que le cyclone Mitch a réduit à un amas de bois. « La maison s'est mise à se fissurer », rappelle son mari, Juan Carlos Cruz, ouvrier du bâtiment. « Les murs s'effondraient et étaient emportés loin dans la rue. Nous sommes sortis en courant, sans rien emporter, et nous nous sommes rendus à une école dans le quartier. Nous avons perdu tous nos biens. »

La famille Cruz illustre bien les plus de 1 million de sans-abri en Amérique centrale après le passage du cyclone Mitch. Elle habitait un logement précaire, sur une pente escarpée, instable, qui avait été déboisée et qui ne pouvait donc pas empêcher les ruissellements de boue. Mais trois jours après la tempête, les Cruz sont revenus sur les lieux, pour rassembler les planches qui constituaient désormais leur unique bien et monter la garde. Avec le concours de son père, Juan Carlos a d'ores et déjà aménagé une hutte avec les planches qu'il a pu récupérer. Mais comme cette hutte se trouve seulement quelques mètres plus haut que l'emplacement de son ancienne maison, elle reste exposée aux risques cycloniques.

A cet égard, la famille Cruz est un cas de figure parmi les victimes du cyclone. Elle doit d'abord combler ses besoins alimentaires, vestimentaires et sanitaires avant de même songer à s'installer ailleurs ou de faire l'acquisition d'une parcelle ou de matériaux pour construire un logement plus sûr. Pour empêcher des dizaines de milliers de familles de se réinstaller dans des zones inondables ou qui présentent des risques d'éboulement, le gouvernement hondurien doit mobiliser rapidement d'immenses ressources sous forme de terres, de matériaux de construction et de crédits.
 

Jump back to top