Aller au contenu principal
Placement des jeunes sur le marché du travail au Bélize

PRETS

Panama : 58,1 millions de dollars afin d’aider à améliorer la qualité, l’efficacité et l’accès de l’enseignement de la maternelle à la terminale.

Les fonds permettront au ministère de l’enseignement de moderniser les programmes, de former les professeurs, de créer et d’acquérir du matériel pédagogique, d’établir de meilleurs systèmes d’évaluation et de gestion.

On fera en sorte que l’enseignement fondamental soit plus accessible et approprié aux communautés indigènes et rurales, grâce à la participation d’associations de parents.

A la fin du programme de six ans, la réussite des élèves aux examens doit augmenter de 20 % et le pourcentage d’élèves finissant la sixième doit passer de 78 % en 1997 à 90 % en 2002. L’inscription en maternelle et dans le secondaire doit également augmenter de manière significative.

Le coût total de ce programme est de 73,3 millions de dollars.

Région : 100 millions de dollars pour renforcer la Banque centraméricaine d’intégration économique et consolider les réformes en cours.

Les fonds soutiendront l’action de la BCIE visant à accéder aux marchés de capitaux internationaux, et fourniront des crédits en cas de rétrocession au secteur privé.

COOPERATION TECHNIQUE

Brésil : 4 millions de dollars pour que les programmes sociaux de première priorité soient plus efficaces et équitables.

Les ressources permettront de former un nombre important de fonctionnaires fédéraux et provinciaux en charge de la conception et de la mise en application de mesures sociales. Ces fonds serviront également à fournir des outils de gestion de base à 25 programmes de haute priorité au centre de la stratégie de développement social du gouvernement.

Plus de 700 fonctionnaires de différents niveaux recevront une formation, y compris un enseignement poussé à l’Institut interaméricain du développement social de la BID.

De l’assistance technique sera fournie pour renforcer les outils de gestion, tels que les systèmes informatiques et les rapports d’évaluation.

Dans le cadre de ce programme sera créé un réseau national pour l’aménagement du secteur social et la formation de cadres.Le coût total du programme se monte à 7 millions de dollars.

FONDS MULTILATERAL D’INVESTISSEMENT

Bélize : 792.000 dollars pour améliorer le placement des jeunes sur le marché du travail ainsi que la formation professionnelle de jeunes entrant dans le secteur privé.

Ce projet sera la première initiative du pays visant à concevoir, tester et mettre en place un service de courtage efficace pour le marché du travail qui pourra être reproduit au sein du système de formation professionnelle dans le pays.

Parallèlement, les jeunes recevront une formation et de l’assistance technique qui leur permettront de devenir des chefs d’entreprise comme des salariés.

Environ 500 Béliziens recevront une formation dans le cadre de ce programme devant être exécuté par le Plan de lancement des jeunes.

Les capacités d’un minimum de quatre dispensateurs de formation intermédiaire seront renforcées afin qu’ils puissent fournir une formation orientée vers le marché ; au moins 60 salariés travaillant dans des compagnies privées ainsi que des chefs d’entreprises doivent participer à ce programme en tant qu’employeurs, mentors, intermédiaires financiers et personnes contribuant à une formation qui répond à la demande.

Guyana : 875.000 dollars afin d’aider à accroître la compétitivité au sein du secteur privé en soutenant la modernisation et l’institutionnalisation d’un système de formation pour cadres moyens et ingénieurs.

Ce programme qui sera exécuté par l’Association consultative des industries guyanaises, permettra de lancer des innovations en matière de formation dans trois secteurs de croissance où se concentre l’emploi mais la compétitivité ne suit pas : l’ingénierie et la construction de biens d’équipement, les industries alimentaires et les services.

Il comportera des cours modulaires à court terme en entreprise qui seront dispensés par des organismes tels que l’Institut de gestion du Guyana et la Société sucrière du Guyana. L’Université du Guyana habilitera les diplúmes.

Les compétences de 1.500 cadres moyens et ingénieurs seront accrues, une structure de formateurs qualifiés sera établie, et un système informatique de gestion des ressources humaines sera créé.

Honduras : un don de 1,95 million de dollars pour aider les PME à améliorer la qualité de leur force de travail en investissant dans la formation.Ce projet va intensifier la compétitivité et la productivité des sociétés dans les secteurs de la construction, du tourisme et de la transformation du bois grâce à l’amélioration des compétences et de l’efficacité de la force de travail.

Afin que les employeurs soient encouragés à investir dans de nouveaux programmes de formation, le MIF financera 50 % de leur coût.

Cette initiative, exécutée par le Centre hondurien de conseils pour les ressources humaines, va promouvoir de meilleurs services en matière de formation pour répondre aux exigences du secteur privé.

Le dialogue entre les secteurs public et privé sera favorisé pour qu’une réforme éventuelle du système national de formation de l’emploi soit entreprise. Deux groupes industriels seront choisis pour concevoir des normes d’efficacité professionnelles, qui serviront de bilan d’essai pour la création d’un programme national de normes professionnelles et de certificats.

Mexique : 1.767.550 afin d’améliorer la productivité et la compétitivité des petites entreprises travaillant le métal, dans l’Etat de Jalisco.

Ces fonds financeront de l’assistance technique et la formation du personnel afin d’appuyer les améliorations dans les processus de production et le contrúle de la qualité. Par ailleurs, une formation sera dispensée au personnel des petites entreprises quant aux progrès accomplis en matière de commercialisation, de programmes commerciaux de pointe visant à percer les marchés national et international en plein essor.

Ces fonds serviront également à soutenir les entreprises participantes qui souhaitent améliorer leurs pratiques en matière de préservation de l’environnement. Ce programme vise à renforcer l’organisation chargée de l’exécution, l’Instituto de Fundición y Maquinado de Jalisco.

SOCIETE INTERAMERICAINE D’INVESTISSEMENT

Région : prêt de 3,5 millions de dollars consenti à Polyproductos de Guatemala, S.A., et Manufacturera Centroamericana, S.A., afin d’accroître la production de ces deux compagnies, ainsi que les installations d’entreposage de Polyproductos.

Ces deux sociétés planifient de diversifier leur ligne de produits et de cibler des clients n’appartenant pas au secteur agricole avec des plans de production tout au long de l’année. Ces changements visent à aider à stabiliser la structure de flux de trésorerie et d’utiliser les fonds à plein escient pendant toute l’année.

Par ailleurs, ces sociétés vont acquérir du matériel et des machines en fonction des tout derniers progrès technologiques réalisés dans l’industrie d’emballage de polypropylène. Les Etats-Unis et le Canada sont les principaux marchés d’exportation pour ces produits, mais les marchés régionaux d’exportation connaissent également un essor.

Ce projet, qui est estimé au total à 7,12 millions de dollars, est censé générer 190 emplois partagés de manière égale entre le Guatemala et le Nicaragua, et dégager jusqu’à 13 millions de dollars de recettes annuelles en devises fortes.

OBLIGATIONS

En dollars : émission de 500 millions de dollars sur l’euromarché, avec un taux annuel de 6 3/8 % et une échéance au 27 juin 2002.

Lehman Brothers et J. P. Morgan étaient les chefs de file d’un consortium de 15 banques internationales pour la première obligation qui a été placée à 101,327 % de son prix.

En livres sterling : émission de 200 millions de livres sur l’euromarché, pour une période de trois ans et avec un taux bi-annuel de 6,4 %.

Yamaichi International (Europe Limited) a organisé cette émission qui a été placée à 99,1 % de son prix et qui viendra à échéance le 26 juin de l’an 2000. Ces obligations s’adressaient principalement aux investisseurs japonais.

Jump back to top