Aller au contenu principal
Nouveaux projets : Prévention de la violence en Colombie

COLOMBIE
Nouveau programme de réduction de la violence

La BID a approuvé un prêt de 57 millions de dollars à la Colombie pour financer un programme visant à diminuer les degrés de criminalité et de violence.

A l'échelle nationale, cette nouvelle opération permettra d'améliorer la signalisation et le rassemblement de données concernant les crimes. Par ailleurs, le public bénéficiera d'un meilleur accès aux services judiciaires, et de nouvelles méthodes seront mises au point pour résoudre les différends.

Sont également inclus une formation destinée aux policiers en ce qui concerne les relations au sein des communautés, de la recherche sur les moyens de réduire la violence, l'évaluation de la législation existante, et l'élaboration d'une stratégie de communications anti-violence à laquelle participent les médias et l'industrie du spectacle.

A l'échelle locale, dans la capitale de Bogotá, ainsi qu'à Cali, Medellín et dans d'autres capitales départementales, ce projet financera de meilleurs rapports de signalisation des crimes, des programmes visant au respect des lois, à la diminution de la consommation d'alcool et de la violence domestique, et l'éducation de la police sur les droits de l'homme et le maintien de la loi et de l'ordre.

Les programmes de jeunes comporteront des mesures de prévention anticipée à la maison, des installations récréatives à l'école, de la formation, ainsi que la réhabilitation et la réintégration sociale de jeunes délinquants.

MEXIQUE
Plan de réalimentation de la nappe aquifère de la capitale

La ville de Mexico, dont une grande partie occupe des terres qui, par le passé se trouvaient sous l'eau, se trouve à présent à court de nappes phréatiques, une nécessité en raison de sa population croissante.

De plus, l'évacuation des nappes phréatiques a provoqué l'affaissement du sol dans de nombreux endroits, endommageant les installations d'alimentation en eau et d'assainissement, et dans certains cas, a constitué une menace pour les bâtiments.

Ne disposant pas de source majeure avoisinante d'eau superficielle, la ville - une des plus grandes au monde - élabore un plan stratégique de réalimentation de ses nappes aquifères et de conservation des ressources.

Ce plan, qui sera financé grâce à l'aide d'un don de la BID récemment approuvé de 960 000 dollars, proposera des options prenant en compte la topographie, la géologie et l'utilisation des terres de la zone concernée, et identifiera les moyens d'améliorer la maîtrise des crues, l'approvisionnement en eau, les systèmes de drainage et d'assainissement.

La plus grande quantité de pluies que la Vallée de Mexico reçoit tombe pendant des orages importants ; rien qu'un d'entre eux peut représenter jusqu'à 10 % des précipitations annuelles moyennes de la ville. Soixante-dix sept pour cent de toutes les précipitations retournent dans l'atmosphère avant de s'enfoncer dans le sol.

Compte tenu d'une réalimentation limitée des nappes aquifères, à peine la moitié des nappes phréatiques s'étant retirées ces dernières années est en train de se remplir.

Le plan structuré, qui sera financé par le Fonds fiduciaire japonais, accordera une importance particulière à la zone de préservation du district fédéral de 2150 m2, dans la partie sud de la ville.
Les 15 captages de la zone et la perméabilité de ses formations géologiques en feront une zone naturelle de réalimentation de nappes aquifères.
 

Jump back to top