Aller au contenu principal
La BID approuve un programme d'opérations de $270 millions pour Haïti dans le cadre d'une stratégie de transition pour 2005-2006

Le Conseil d’administration de la Banque interaméricaine de développement a annoncé aujourd’hui l’approbation d’une Stratégie de transition pour la période 2005-2006 en Haïti. Cette stratégie représente la réponse immédiate de la BID à la demande d’aide du gouvernement provisoire haïtien pour son programme national de réconciliation et de reconstruction.

Cette stratégie est destinée à appuyer les efforts entrepris par Haïti pour répondre en partie aux besoins sociaux pressants, stabiliser l’économie, jeter les base d’une croissance favorisant les pauvres et préparer le terrain pour un nouveau gouvernement élu en 2006, au delà de la période de transition.

Cette stratégie de transition de la BID, qui tient compte des priorités fixées dans le programme du gouvernement haïtien, servira de guide pour la mise en œuvre d’un programme d’opérations de $270 millions, comprenant des prêts à l’appui de réformes et des prêts d’investissement, ainsi que des dons d’assistance technique destinés à faciliter l’exécution des projets et à renforcer le secteur public haïtien.

Pour répondre aux priorités d’Haïti, la BID continuera de soutenir la reprise économique en finançant des investissements dans les travaux routiers, portuaires et aéroportuaires clés. Cette stratégie appuiera également les efforts visant à revitaliser l’agriculture en favorisant le développement de chaînes de production rurales susceptibles de créer des emplois agricoles et non-agricoles.

La mise en œuvre de cette stratégie permettra d’améliorer les conditions de vie des Haïtiens en améliorant l’accès à l’eau et l’assainissement et en offrant de meilleurs services d’éducation et de santé à l’échelon communautaire. Complétant les efforts entrepris, elle contribuera à renforcer la prévention des catastrophes naturelles et la gestion de l’environnement.

En outre, cette stratégie, de même que les opérations en cours de la BID, favorisera les activités à forte intensité de main d’œuvre faisant participer les communautés locales à la remise en état de l’infrastructure. Elle permettra également de promouvoir la relance des petites et moyennes entreprises et des industries, ainsi que l’amélioration des conditions d’investissement. Une aide déjà dispensée aux initiatives de développement communautaire à l’échelon national sera également développée.

L’un des éléments clés de cette stratégie est d’aider Haïti à approfondir les réformes de sa gestion économique, notamment ses initiatives de lutte contre la corruption, et de promouvoir le renforcement des institutions en améliorant la transparence et l’efficacité des procédures budgétaires et de leur juridique, en même temps que la qualité des ressources humaines du secteur public.

Cette stratégie de transition de la BID a été élaborée en consultation avec les partenaires nationaux et internationaux et coordonnée avec la communauté des bailleurs de fonds et s’inscrit dans la Cadre de coopération intérimaire avec Haïti, qui articule le programme du gouvernement autour des grandes priorités nationales. Avec ce nouveau programme d’opération, la BID honorera pleinement l’engagement de $263 millions qu’elle a pris envers Haïti à une conférence des bailleurs de fonds en juillet 2004.

Cette nouvelle stratégie se fonde sur, et complète, les activités actuelles de la BID en Haïti, qui totalisent un montant de $400 millions et ont été lancées dans le cadre de la stratégie de réengagement de 2003-2004. Depuis juillet 2003, quelque $80 millions ont été décaissés à l’appui de projets conformes aux priorités du gouvernement haïtien, laissant un solde disponible de $320 millions. Ce financement disponible de la BID a permis de réduire les besoins de financement extérieur du programme national du Gouvernement. Étant donné les progrès réalisés dans l’exécution des projets et l’application des mesures spéciales prises pour rationaliser les procédures et accélérer la préparation et l’exécution des travaux, la BID compte atteindre des niveaux de décaissement plus élevés.

Le programme de la BID privilégie une approche souple par la facilitation et l’exécution des activités et par des mesures spéciales de renforcement afin d’aider à atténuer les effets des insuffisances de capacité d’Haïti. Ces activités ont également aidé l’État haïtien à maintenir ses capacités institutionnelles essentielles, entreprendre de profondes réformes de la gestion économique et financer des investissements à fort impact dans la remise en état de l’infrastructure et des services sociaux de base. Tous les projets de la BID comprennent des composantes « renforcement institutionnel » destinées à accroître les capacités d’exécution à l’échelon local et à resserrer les liens entre les projets et la population.

En outre, la BID maintient une forte présence sur le terrain à travers un bureau extérieur doté de tout le personnel nécessaire à Port au Prince, qui n’a jamais cessé de fonctionner. Ce bureau est en train d’être renforcé pour pouvoir répondre aux demandes que représente un engagement croissant de la BID en Haïti et à l’évolution des priorités du pays. Ces efforts impliquent une étroite collaboration avec les institutions haïtiennes et les autres bailleurs de fonds pour évaluer et suivre les capacités d’exécution, apporter les ajustements nécessaires pour faciliter l’exécution des travaux et maintenir une coordination étroite de l’aide.

Dans le cadre de cette stratégie de transition, cette approche souple comprendra des méthodes novatrices et des procédures simplifiées destinées à alléger les demandes qui s’exercent sur la capacité limitée des institutions haïtiennes. En accord avec le gouvernement haïtien, la BID continuera d’appliquer et d’ajuster certaines mesures spéciales visant à accélérer l’exécution des opérations du portefeuille et la préparation de nouvelles opérations susceptibles d’être exécutées rapidement.

De concert avec les autres bailleurs de fonds, la BID continuera de renforcer les mécanismes de coordination de l’aide et participera activement à la mise en œuvre et au suivi de la coopération. Ses efforts porteront plus spécialement sur l’établissement d’un équilibre entre les approches à court et à long terme afin d’aider Haïti à renforcer les capacités humaines et techniques locales, à répondre aux priorités de la population et à rétablir les conditions économiques, institutionnelles et de stabilité nécessaires à une croissance durable et à un recul effectif de la pauvreté.

Jump back to top