Aller au contenu principal
La BID approuve un don visant à l’amélioration de la qualité du café haïtien et au développement de son accès aux marchés

Un don de $800 000 du Fonds multilatéral d’investissement (MIF) de la Banque interaméricaine de développement permettra de financer un projet visant à améliorer la qualité du café haïtien et d’accroître son accès aux marchés haut de gamme.

« La croissance de l’économie rurale haïtienne dépend de la compétitivité accrue de son agriculture, et c’est là l’objectif de ce projet. On utilisera un produit de qualité supérieure afin de renforcer et d’accroître le secteur caféier », a expliqué le chef de projet de la BID Diego Arias.

Ce projet bénéficiera aux petits et moyens producteurs, et renforcera l’agence d’exécution, à savoir l’Institut du café haïtien (INCAH) qui reçoit également des fonds de l’Union européenne. L’INCAH fournira $340 000 en espèces et des apports en nature pour ce projet.

Haïti a une longue tradition de production de café. Jusqu’en 2001, lorsque les prix internationaux ont chuté à leur niveau le plus bas depuis des décennies, le café était l’exportation agricole la plus importante du pays. Cette culture joue toujours un rôle essentiel dans l’économie rurale, puisqu’elle génère des emplois et des revenus pour des dizaines de milliers de familles.

Ce nouveau projet est issu d’un programme en cours du MIF qui favorise une meilleure qualité du café en Amérique centrale. À travers ce programme, les producteurs participants au Nicaragua, au Salvador, au Honduras, au Guatemala et au Costa Rica ont réussi à établir un système de gestion de la qualité qui a donné lieu à une augmentation des ventes à l’exportation à des prix forts.

Utilisant les ressources d’un fonds fiduciaire français de coopération technique, l’INCAH a commencé à tirer les enseignements de l’expérience centraméricaine. Les spécialistes haïtiens ont déjà fait des visites d’échange afin d’observer la manière dont les producteurs de café centraméricains ont mis en place leur système de gestion de la qualité.

En Haïti, les personnes participant au projet travailleront avec des groupes pilotes de producteurs qui cultivent des variétés appropriées aux conditions agro-climatiques capables de produire du café de qualité supérieure. Comme en Amérique centrale, un système de gestion de la qualité sera développé afin d’aider les producteurs à évaluer et enrichir la qualité du produit à chaque phase du processus.

Le projet soutiendra également les groupes pilotes pour l’organisation des activités et de leur administration, ainsi que pour la rédaction de leurs plans commerciaux et l’acquisition de nouvelles technologies. Il aidera aussi ces groupes à forger des partenariats avec des exportateurs de café et des torréfacteurs, qui peuvent fournir d’importantes informations sur les exigences des acheteurs et les attentes des consommateurs.

Un système national de contrôle de la qualité sera conçu afin de cerner les problèmes liés à la production de café. Une homologation internationale sera recherchée pour la certification de la qualité du café au laboratoire national de l’Institut.

Dans le cadre de ce projet, les producteurs seront formés à la dégustation afin qu’ils puissent déceler les défauts et reconnaître les qualités spéciales de café. Des manuels sur la dégustation et les tests chimiques seront donnés à l’industrie haïtienne du café. L’INCAH travaillera également avec la Faculté d’Agronomie de l’Université publique haïtienne afin de rechercher les méthodes de préparation optimales convenant aux conditions spécifiques de production.

Dans le cadre d’une stratégie visant à promouvoir les cafés haïtiens de qualité sur les marchés intérieur et extérieur, des compétitions auront lieu et rassembleront producteurs, torréfacteurs et exportateurs. Les cafés ayant remporté la compétition  seront vendus aux enchères via Internet à des acheteurs locaux et internationaux, une pratique qui a donné des résultats remarquables en Amérique centrale.

Afin de disséminer les enseignements tirés de ce projet auprès de nombreux producteurs, des ateliers seront organisés et des cours de formation offerts dans les régions de culture du café. Des manuels de formation sur la gestion de la qualité seront distribués à des coopératives et associations de café.

D’autres programmes financés par la BID en Haïti ont le potentiel de servir les intérêts des producteurs de café en favorisant la diversification des cultures, en améliorant les routes rurales et en renforçant la gestion des bassins versants et la prévention d’inondations. Par ailleurs, la BID finance des programmes et initiatives venant à l’appui du secteur caféier en Amérique latine et dans les Caraïbes. Davantage d’informations peuvent être trouvées à : www.iadb.org/coffeenetwork.

Le MIF, un fonds autonome administré par la BID, favorise le développement et l’investissement du secteur privé en Amérique latine et dans les Caraïbes, en privilégiant les très petites, petites et moyennes entreprises.

Jump back to top