Aller au contenu principal
Styles anciens dans un nouveau monde

Les tableaux vénézuéliens du XIXe siècle qui ornent la Galerie d'art du Centre culturel de la BID à Washington transportent le spectateur… en France.

L'exposition s'intitule « Figures de proue de la peinture vénézuélienne du XIXe siècle ». Hormis quelques charmants primitifs du début du siècle, elle montre bien à quel point la France était pour l'élite vénézuélienne un phare sur le plan matériel, intellectuel et culturel.

Mais c'était au milieu du siècle. Au début, les artistes, y compris les peintres, travaillaient de manière artisanale. Ils connaissaient mal la perspective, les proportions et les ombres. L'art qui régnait alors était celui du portrait, ainsi que l'évocation de thèmes historiques et mythologiques.

Les horizons artistiques du Venezuela s'élargirent lorsque le pays accéda à l'indépendance. Inspirés en partie par les travaux du naturaliste et voyageur allemand Alexandre von Humboldt, beaucoup d'écrivains, de savants, d'explorateurs et d'artistes d'outre-mer visitèrent le Venezuela. Ils y introduisirent des idées neuves. Les artistes se mirent à explorer de nouveaux thèmes, comme les paysages et les scènes de la vie locale.
Les influences étrangères s'intensifièrent dans les années 1840, alors que le Venezuela entrait dans une période de prospérité. Le théâtre et la photographie firent leur apparition. Et diverses écoles commencèrent à enseigner l'art, notamment l'Académie des beaux-arts en 1849. Les arts progressèrent encore après l'entrée en politique du dirigeant national Antonio Guzmán Blanco dans les années 1870. Considéré à la fois comme un grand despote et un civilisateur, il mit fin à l'influence des caudillos (petits chefs militaires). Il remodela Caracas pour la faire ressembler à Paris et il présida à la création de l'Institut national des beaux-arts. De jeunes artistes obtinrent des bourses pour étudier à Paris et à Rome. L'Académie de Paris était alors considérée comme un passage presque obligé.

Politiques et portraits. L'un des grands représentants vénézuéliens du style académique français, Arturo Michelena, était à la fois brillant, polyvalent et prolifique. Ses services étaient fort recherchés pour orner les vastes murs vides des bâtiments publics de tableaux illustrant l'histoire de la nation : héros, batailles, allégories. L'Église aussi eut recours à ses talents, et on compte parmi ses œuvres religieuses La Dernière Cène, pour la Cathédrale de Caracas. Des œuvres plus intimistes montrent aussi l'immensité de son talent au tournant du siècle, et son Portrait d'Emilia Alcalá exprime la liberté chromatique, l'opulence picturale et la qualité lumineuse de son œuvre.

Pendant cette période, c'est toute une génération d'artistes à qui le gouvernement commanda des œuvres pour décorer les bâtiments publics. Et les peintres, dans le style académique qui était le leur, produisirent une foule de tableaux qui évoquaient les héros nationaux et d'autres personnages illustres. Entre-temps, l'Église se remit à parrainer les arts comme elle l'avait fait pendant la période coloniale. Des commandes privées, souvent des portraits ou des tableaux de genre, donnaient aux artistes un autre moyen de subsistance.

Mais tandis que les arts fleurissaient, la subordination à un modèle étranger pesait non seulement sur le style mais aussi sur la vision de l'artiste et le sujet qu'il choisissait. Résultat, selon le conservateur du Centre culturel de la BID Félix Angel, l'art était coupé de la réalité sociale, ce qui traduisait le grand écart qui existait entre le pays idéalisé et le monde culturel et politique vénézuélien en mutation. En fait, c'est seulement vers la fin du XIXe siècle qu'un artiste, Emilio Boggio, jeta un regard neuf sur la fonction de l'art, impulsant ainsi un mouvement artistique qui incarnait véritablement les réalités et les avancées économiques du pays.

Le style académique français régna jusqu'en 1909, lorsque des étudiants de l'Académie vénézuélienne des beaux-arts se mirent en grève pour protester contre les méthodes d'enseignement, désuètes. Marián Caballero, conservateur de l'art du XIXe siècle au Musée national des beaux-arts du Venezuela, a écrit dans le catalogue de l'exposition, que cette grève marqua un tournant. Elle ouvrit la voie à l'exploration du paysagisme, changea les palettes et invita les artistes à se servir de la lumière naturelle.

Jump back to top