Aller au contenu principal
Emplois jeunes : solutions neuves

Le capital intellectuel, c'est-à-dire les idées, les talents et les énergies nécessaires pour créer et faire prospérer une entreprise, abonde chez les jeunes Latino-Américains.C'est le constat d'une réunion tenue à Buenos Aires en novembre dernier où des jeunes venus d'Argentine, du Paraguay, de l'Uruguay, du Brésil, du Chili et de la Bolivie, ont présenté 85 propositions de création d'entreprise susceptibles de procurer des revenus et des emplois avec une mise de fonds modeste.

Cette réunion, intitulée " Premier forum de la jeunesse du Mercosur, de la Bolivie et du Chili : solutions neuves pour lutter contre le chômage des jeunes ", a été organisée par les anciens délégués à la Conférence de la BID sur la jeunesse en 1985 en IsraÎl et par la délégation des jeunes de la BID à la Quatrième Conférence mondiale des femmes à Pékin. Elle a été accueillie par l'Institut d'intégration de l'Amérique latine et des CaraÔbes (INTAL) de la BID et le Programme de développement et d'actions de proximité en faveur des jeunes de la BID.

Au lieu de s'attarder sur les causes, bien connues, du chômage dans la région, le forum a étudié des solutions pratiques conçues par les jeunes eux-mêmes. Il avait pour objet de retenir des plans économiques innovateurs et bien structurés et de les assortir à des sociétés, à des ONG et à des organismes publics qui pourraient souhaiter apporter une mise de fonds.

Les propositions, sélectionnées à l'avance par un groupe d'experts en matière de chômage, illustrent bien la créativité et la débrouillardise des jeunes de la région.

Trois participants boliviens ont présenté dans le détail un plan visant à généraliser l'utilisation d'un dispositif de culture hydroponique permettant de produire des fourrages nutritifs et bon marché à longueur d'année en région montagneuse où les précipitations sont faibles et les sols pauvres, ce qui rend les cultures fourragères peu pratiques. Il a été démontré que ce dispositif produit douze tonnes de fourrage par an dans une serre de 32 mètres carrés, multipliant par six le rendement d'un hectare entier de pâturage traditionnel, tout en ne consommant qu'une toute petite fraction de l'eau qui est nécessaire.

Une Argentine de 19 ans a proposé l'élargissement d'une école des arts culinaires et de la restauration administrée sous forme de coopérative par des jeunes à faibles revenus dans la province de Santa Fe.

Un Chilien de 28 ans, consultant en très petites entreprises, a proposé l'organisation d'un cours de formation professionnelle aux techniques de transformation des viandes s'adressant aux jeunes à Santiago. Il s'agit de répondre à la demande de bouchers qualifiés dans les supermarchés à la suite de l'essor des ventes de viande dû à la libéralisation du commerce et à la progression des revenus.

Des représentants de la division argentine de Microsoft, l'une des sociétés qui ont parrainé la réunion, ont fait savoir qu'ils envisageront le financement de divers projets à l'échelon local, tout comme la Fondation Kellog et la Fondation Antorchas, qui ont l'une et l'autre leur siège à Buenos Aires. L'agence de coopération technique Deutsche Gesellschaft f¸r Technische Zusammenarbeit (GTZ) s'est dit intéressée par divers projets proposés par les participants boliviens, et des représentants des bureaux de la BID au Chili et au Paraguay se sont engagés à étudier la possibilité de financer des propositions dans ces pays. Le directeur régional de l'Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture a promis d'envisager le financement de projets créateurs d'emplois pour les jeunes ruraux.

Le président de la BID Enrique V. Iglesias, qui a pris la parole à la conférence, a félicité les participants pour leur créativité et leur ambition et il a affirmé que la Banque s'attachait à aider les créateurs d'entreprise en leur apportant un soutien financier et matériel et en mobilisant la coopération d'autres institutions internationales. M. Iglesias a également loué les participants pour leur esprit de solidarité sociale, qui a présidé à l'élaboration de pratiquement toutes les propositions, affirmant que ces valeurs sont actuellement " en crise " et qu'il faut les cultiver pour réaliser un véritable développement. Plus précisément, il a promis le soutien de la BID, sous forme d'équipements, à un projet en faveur des pupilles de l'Etat à Potosí (Bolivie).

Le ministre argentin du Travail et de la Sécurité sociale publiera les conclusions et les résultats du forum, et l'INTAL entend accueillir une réunion de suivi à la fin de 1998.
 

 

Jump back to top