MICI a été invité à un déjeuner à la Banque Mondial pour participer dans un atelier concernant le traitement de risque de représailles.

Le 23 octobre 2018, la Banque Mondial a accueilli un atelier pour analyser comment les institutions financières internationales (IFI) peuvent répondre au risque de représailles pour les communautés et défenseurs de droits de l’homme dans le cadre du financement du développement international.

Représentants des organisations des droits de l’homme, Nations Unis et IAMs ont été invitées pour offrir de l’orientation aux spécialistes en engagement des parties prenants auprès les IFI. Pendant l’atelier, la Directrice du MICI Victoria Márques-Mees a été invitée pour commenter en représentation du réseau des mécanismes indépendants de reddition de comptes (IAMNet). Elle a été accompagnée par Gonzalo Castro de la Mata, président du Panel d’inspection, et Osvaldo L. Gratacóns, Vice-président du Bureau de Compliance Conseil Ombudsman.

Dans plusieurs cas, IAM ont trouvé des situations où les requérants sont en train d’expérimenter ou ont crainte d’expérimenter des représailles à cause de leur opposition à un projet financé par une IFI. Cette réalité a poussé les IAM à désigner des outils pour évaluer systématiquement ces risques dans le cadre du processus de diligence raisonnable ainsi qu’identifier des options pour y faire face. Tant le Panel d’inspection comme CAO ont mis en œuvre des directrices à ce propos, MICI et PNUD ont commandé un kit des outils pour assister les IAM. Son objet est de fournir les IAM avec des informations pratiques pour l’établissement d’un processus d’évaluation de risques et des mesures qui pourront être utilisées pour faire face au risque de représailles. Le document sera officiellement lancé en janvier 2019.

Lié à ce sujet, la SFI a lancé récemment un énoncé de position concernant les représailles contre ceux qui expriment leurs opinions quant les activités de la SFI ou de ses clients.

Nous voulons prendre cette opportunité pour féliciter Front Line Defenders, lauréat du prix de droits de l’homme 2018, pour fournir assistance rapide et pratique pour la sécurité et protection des défenseurs de droits de l’homme, particulièrement comme résultat de son travail dans le champ de plaidoyer international.