News banner image

Infos

Un coup d´œil sur les Caraïbes et la BID

Les membres de la BID des caraïbes anglophones – Bahamas, Barbade, Belize, Guyana, Jamaïque ainsi que Trinité et Tobago- avec le Suriname (néerlandophone), sont amenés à être mis ensemble pour des raisons historiques, de traditions, géographiques ou encore commerciales. Cependant leurs situations et défis pour le développement peuvent varier énormément.

Ils partagent néanmoins quelques défis pour leur développement. Le premier est le besoin de devenir plus compétitif dans l´économie internationale. Le deuxième comprend : une plus forte croissance économique, la diminution de la menace de déséquilibres macroéconomiques qui affaiblissent les efforts de développement, le besoin de renforcer le dialogue public-privé pour promouvoir le développement du secteur privé, corriger les contraintes de capacité institutionnelle qui mettent en berne l´efficience et l´efficacité des politiques publiques. Le ralentissement économique global a rendu ces défis plus intimidants.

C´est dans ce contexte que la BID a approuvé plus de 600 millions d´USD pour ces neufs pays en 2009 et il est attendu qu´elle approuve un total de 900 millions d´USD en 2010. Avec un portefeuille actuel de 1,3 milliards d´USD, la BID continue à travailler avec ses pays membres caribéens pour faire la différence dans différents secteurs. Ceci est en plus des US$200 millions aux subventions affectées à Haïti. 

Les domaines principaux pour la Caraïbe anglophone et Suriname sont :

En ce qui concerne l´équité et la productivité, la BID est en train d´aider à faire des progrès, entre autres, en matière de santé et d´éducation. La Banque a par exemple renouvelé son partenariat avec le gouvernement du Guyana pour travailler à l´extension de l´accès à la santé des enfants et mères ainsi qu´à la réduction de la malnutrition. Ce partenariat à déjà aidé à obtenir des impacts positifs mesurés tout au long de la dernière décennie.

La BID collabore aussi avec d´autres gouvernements tels que ceux de Trinité et Tobago, des Bahamas ou encore de la Jamaïque, pour les aider à adapter leurs systèmes éducatifs aux besoins actuels de ressources humaines mieux préparées pour atteindre une croissance économique durable.

Plusieurs projets cherchent à améliorer la gestion des risques de catastrophes et des infrastructures côtières. L´Initiative Régionale pour la gestion de risques de catastrophes et pour le tourisme viable vise à faire travailler ensemble les décideurs du secteur public des 9 pays caribéens avec les principales chaînes hôtelières ainsi qu´avec les régulateurs. Le tout pour améliorer la préparation et réponse face aux désastres. Ce projet se développe en partenariat avec l´Agence caribéenne de gestion de désastres et d´urgences ainsi que l´Organisation caribéenne du tourisme.

La BID travaille aussi en partenariat avec le gouvernement de la Barbade pour améliorer la gestion de la zone côtière ainsi que, grâce au récent Programme d´infrastructures côtières, de faire face au défi de l´érosion côtière, la montée du niveau de la mer ainsi que d´autres risques liés au changement climatique.

La Banque contribue à l´établissement de capacités institutionnelle pour la croissance et le bien-être à travers son travail sur des problématiques telles que la gestion des finances publiques ou encore le renforcement des gouvernements locaux.

Au Guyana, la BID a fournit un appui de longue durée pour assister le gouvernement pour atteindre des avancées significatives dans la modernisation de la gestion des finances publiques, aidant à la construction d´un base fiscale solide pour une croissance soutenable.

Au Suriname, la Banque a récemment approuvé la deuxième phase d´un projet qui cherche à renforcer les capacités et étendre l´autorité des gouvernements locaux dans le pays, prolongeant ainsi le partenariat avec le gouvernement du Suriname qui a débuté en 2001.

Un programme de consolidation fiscal soutien les efforts du gouvernement de la Jamaïque pour atteindre une croissance stable et durable dans le contexte de politiques macroéconomiques solides.

En ce qui concerne l´intégration régionale compétitive et le développement du secteur privé, la BID a récemment approuvé des projets en appui à la compétitivité dans les échanges commerciaux. La BID a aussi épaulé le développement et la compétitivité du secteur privé dans 15 pays de la région à travers son partenariat avec le Département pour le développement international du Royaume Uni et avec l´Agence canadienne de développement international dans le cadre de l´initiative Concurrence des Caraïbes.

La Banque continue à fournir son soutient dans le secteur des infrastructures. Aux Bahamas, grâce au Programme supplémentaire pour le transport à New Providence approuvé en 2008, la BID continue de se focaliser sur le financement de projets publics afin de mener à bien des améliorations au niveau de l´infrastructure routière. Ces réformes sont accompagnées d´une augmentation des capacités de planification du transport et une amélioration de la sécurité routière. Le projet vise également la mise en place de schémas viables pour augmenter la participation privée dans les services de maintenance routière et l´organisation d´opérations de services de transport public.  

Assister le processus d´intégration et renforcer le CARICOM reste une priorité pour la BID. De même demeure une priorité d´aider ces pays à faire face aux effets du changement climatique et de fournir le support nécessaire pour s´assurer de la soutenabilité environnementale.

Des programmes qui permettent de mener encore plus loin les réformes dans le secteur social –tels que santé, habitat, éducation- sont dors et déjà envisagés avec l´appui financier de la BID. Pareillement des programmes supplémentaires en infrastructures et renforcement de la gouvernance sont aussi en étude.

Haïti

La BID appuie de manière décisive et décidée Haïti. Avec un portefeuille de projets actuel de 900 millions d´USD (soit plus de 30 opérations différentes), ainsi qu´avec une présence ininterrompue dans le pays pendant les 50 dernières années, la BID est la plus large et la plus constante source de financement multilatéral d´Haïti.

Après le dévastateur séisme du 12 janvier, la Banque a renforcé son programme d´aide envers Haïti à travers le financement d´activités liées à la réponse face à la catastrophe. La BID a aussi apporté de l´aide d´urgence et de secours en termes d´eau, assainissement ou communications. L´allocation de subventions a été élargie à Haïti. Pendant les neuf mois qui se sont écoulés après le tremblement de terre, la BID a approuvé plus de 166 millions d´USD en nouvelles subventions et déboursé plus de 100 millions d´USD. Les espoirs de la Banque sont d´atteindre les 160 millions d´USD en déboursements par an, un cas record à la hauteur des difficultés posées par les conditions de l´après séisme.