Infos

Haïti donne un mandat à la BID pour promouvoir la reforme éducative

Port-au-Prince – Le président haïtien René Préval a donné aujourd’hui à la Banque interaméricaine de développement (BID) un mandat pour travailler en coopération avec le Ministère d’éducation haïtien et la Commission nationale d’éducation sur la préparation d’une reforme majeure du système éducatif haïtien.  

Le plan de 5 ans, qui aura besoin d’environ $2 mil milliards en forme de dons de la part de bailleurs de fonds, vise à élargir les services d’éducation gratuite en Haïti. Actuellement, environ 90 pourcent des écoles haïtiennes son privées. Même avant le tremblement de terre du 12 janvier, qui a détruit ou endommagé plus de 4 000 écoles, plus de la moitié des enfants en âge d’assister à l’école primaire, n’étaient pas inscrits à aucune école.

Dans une conférence de presse qui a eu lieu au Palais national, Préval a bien noté qu’il a un temps limité avant la fin de son mandat en février 2011, et il a alors demandé aux bailleurs de fonds de poursuivre des initiatives qui devront continuer dans le futur après la fin de son mandat.  

« Utilisons ses huit mois qui restent pour nous engager dans des projets qui doivent continuer après cette période, » a dit Préval. « Alors nous devons préparer rapidement un plan d’éducation pour qu’il puisse avancer, et signons tous les projets routiers et projets électriques possibles. Nous avons huit mois pour faire tout ceci ensemble. »

Le président de la BID Luis Alberto Moreno a dit que pour le plan de la reforme éducative, la Banque peut s’engager avec $250 millions sous forme de dons, dans une période de cinq ans, combiné avec des dons d’universités étrangères, entreprises, fondations et des individus intéressés à aider les institutions éducatives haïtiennes. Il a ajouté qu’il fera appel à d’autres bailleurs de fonds, tel que la Banque mondiale, pour soutenir le nouveau plan d’Haïti.

«  Notre engagement envers Haïti, comme vous le savez déjà, est très important. On nous a donné, à travers l’augmentation de capital récemment approuvé, la possibilité de donner des dons à Haïti d’environ $200 millions par an pendant les prochaines 11 ans» a dit Moreno, qui a mentionné des investissements dans le secteur routier, eau et assainissement, énergie, agriculture et le secteur privé entre autres.    

Moreno a ajouté que le plan de la reforme éducative pourrait être un des premiers à être présenté pour des fonds additionnels devant la Commission intérim de reconstruction d’Haïti et du Fond d’investissement multi-bailleurs. Ces agences ont été mises en place après la Conférence des Nations unies du 31 mars où les bailleurs de fonds internationaux ont promis de donner environ $10 mil milliards à Haïti pour sa reconstruction après le tremblement de terre.  

En plus du support financier provenant de la BID et d’autres bailleurs, le gouvernement haïtien recevra une assistance technique de la part de principaux experts en reforme éducative. Un conseiller clé sera Paul Vallas, qui a été à la tête de la transformation du système d’éducation public de la Nouvelle Orléans âpres l’ouragan Katrina.  

Sous la reforme proposée, la plupart des écoles haïtiennes seront financées publiquement et seront gratuites, mais administrées de façon privée. Un fond central sera établi pour que le gouvernement puisse payer les salaires à tous les professeurs et administrateurs participant dans le système.  

Pour pouvoir participer dans le système reformé, les écoles devront suivre un procès de certification pour vérifier le nombre d’enfants desservis et le personnel embauché. Pour stimuler les écoles à rejoindre le plan, elles recevront un support financier pour améliorer les installations en plus de livres et des matériaux éducatifs.

Pour rester certifiées, les écoles devront atteindre des standards de plus en plus rigoureux, incluant l’adoption d’un curriculum national, la formation de professeurs et des programmes pour l’amélioration des installations.  

En même temps, le plan financera la création de nouvelles écoles, en utilisant des bâtiments existant en bon état et en construisant des nouveaux dans des zones hors danger et en suivant des standards à preuve de tremblements de terre et d’ouragans. Les écoles seront aussi utilisées pour offrir des services clé en nutrition, santé et d’autres services sociaux.

Le plan peut aussi servir comme une plateforme pour d’autres innovations afin améliorer le système éducatif haïtien, incluant le recrutement de personnes avec des niveaux d’éducation élevés pour travailler en tant que professeurs ou la création des partenariats entre des institutions d’éducation haïtiennes et étrangères.