Infos

Étude de la BID sur l´efficacité des politiques publiques énergétiques

Le rapport décrit les déterminants de la consommation d'énergie dans les foyers de la région ainsi que son évolution.

Selon une nouvelle étude de la Banque interaméricaine de développement (BID), les services énergétiques représentent la deuxième dépense la plus importante du budget des ménages en Amérique latine et dans les Caraïbes (ALC) après l'alimentation. Pour les Latino-américains, un dollar sur dix des dépenses est consacré au paiement des factures d'énergie.

L'étude fournit une analyse de l'évolution de la consommation et des dépenses énergétiques dans la région (ainsi que leur décomposition par source d'énergie) à partir d'informations nationales et par ménages. La part des dépenses en énergie dans les dépenses totales varie en fonction du niveau de revenu des ménages. Les foyers des deux déciles de revenu les plus élevés représentent plus de 40 pour cent de la dépense énergétique totale tandis qu´à l´opposé, les ménages des deux déciles de revenu les plus bas représentent environ 8 pour cent de ces mêmes dépenses.

L'étude révèle également que les ménages aux revenus les plus bas dépensent, d´une part, 27,6 fois moins en transport que les ménages aux revenus les plus élevés et, d´autre part, 2,5 fois moins en combustible pour cuisiner. L´analyse de la diversité des dépenses énergétiques montre qu'à mesure que le revenu familial augmente, les foyers remplacent les combustibles traditionnels (comme le bois de chauffage), par l'électricité et le gaz naturel.

« La demande d'énergie est très inégale entre ménages et elle est liée au niveau de revenu. Plus le revenu des ménages augmente et plus les dépenses absolues sont élevées, mais la composition de leur panier énergétique change notablement. Les foyers à revenu élevé concentrent la plupart de leurs dépenses sur les carburants pour le transport privé. Par conséquent, les régimes universels de subventions généralisées ont tendance à profiter davantage à ces groupes, ce qui conduit à des effets régressifs qui vont à l'encontre de l'objectif initial pour lequel ces subventions ont été conçues », a expliqué Ariel Yépez, co-auteur du rapport et chef de la division d´énergie de la BID.

L'électricité est un service essentiel. Pourtant, les augmentations des prix de l'électricité ont tendance à augmenter les dépenses que les ménages dédient à ces services, ce qui répercute principalement les groupes à faible revenu. Cependant, dans de nombreux cas, les structures tarifaires électriques actuelles permettent que des subventions croisées bénéficient des ménages à revenu élevé, ce qui affecte négativement la viabilité financière des systèmes électriques. Il faut rappeler que les subventions à l'électricité représentent entre 0,5 à 1 pour cent du produit intérieur brut (PIB) en moyenne dans la région.

Raúl Jiménez, co-auteur du livre et économiste à la division de l'efficacité du développement de BID Invest, a déclaré que le rapport montre des régularités empiriques et des défis communs dans notre région, ainsi que des preuves de politiques publiques qui ont fonctionné.

La crise actuelle a aggravé des problèmes énergétiques persistants dans la région, principalement en ce qui concerne la précarité énergétique. Néanmoins, certaines expériences montrent la possibilité de compatibiliser le respect des critères de durabilité et d'équité avec les besoins énergétiques croissants des ménages d'Amérique latine. C´est pour cela qu´il ne faut pas perdre de vue les objectifs à long terme.

Le livre soulève la question de la pertinence de mesures d´une politique des prix pour favoriser l'efficacité de l'approvisionnement en énergie et ainsi éviter le gaspillage. L'établissement de prix efficients éviterait l'application aveugle de subventions et favoriserait l'adoption de mesures de soutien direct pour les consommateurs les plus vulnérables. D'autre part, les auteurs proposent d'appliquer des prix qui reflètent les coûts économiques de l'énergie qui de plus favorisent l'efficacité énergétique.

 

À propos de la BID

La Banque interaméricaine de développement cherche à améliorer les conditions de vie des citoyens de la région. Fondée en 1959, la BID est l'une des principales sources de financement à long terme pour le développement socioéconomique et institutionnel de l'Amérique latine et des Caraïbes. La BID mène également des projets de recherche de pointe, offre des conseils en politiques publiques, de l´assistance technique et de la formation aux clients publics et privés de toute la région.

Contact presse
Plus D'Informations

Raúl Jimenez
rjimenez@iadb.org    

Ariel Yepez
ariely@iadb.org

À Propos de la BID