News banner image

Infos

La BID accorde US $ 35,5 millions à Haïti pour le système d’eau à Port-au-Prince

Cette aide servira à renforcer le CTE-RMPP, operateur du système d’eau dans la capitale et ses environs

La Banque interaméricaine de développement (IDB) a annoncé l’approbation d’une subvention de US $ 35,5 millions pour Haïti afin d’étendre et renforcer le service d’eau potable dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Ces fonds serviront à soutenir la deuxième phase d’un programme lancé en 2010 avec le soutien de la BID et du Fonds espagnol de coopération pour l’eau et l’assainissement en Amérique latine et les Caraïbes (FECASALC).

Actuellement, l’operateur public CTE-RMPP approvisionne en eau autour de 70 pour cent des 3 millions d’habitants de la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Les programme sera exécuté par la Direction National d’Eau Potable et de l’Assainissement d’Haïti (DINEPA) et le CTE-RMPP. Aussi bien la DINEPA que le CTE-RMPP reçoivent un soutien pour la consolidation des institutions de la part de la BID et du FECASALC.

Dans le cadre de ce programme, une équipe d’experts d’entreprises internationales spécialisées dans la gestion d’eau a été engagée pour donner du conseil au personnel du CTE-RMPP pour améliorer la gestion technique, financière et commerciale de cet opérateur de Port-au-Prince. Par ailleurs, ces experts ont participé dans la planification des tâches pour réparer les dégâts provoqués par le séisme de 2010 et dans la réponse à l’épidémie de choléra.

Pendant la première phase du programme, le CTE-RMPP a réussi à doubler les heures de distribution d’eau, en passant d’une moyenne de 13 heures par semaine à 26 heures par semaine. Aussi, la production d’eau a augmenté et l’efficacité dans le processus de chloration et les contrôles bactériologiques se sont améliorés. En ce qui concerne l’administration, l’operateur à réussit à augmenter la facturation et la collecte des paiements pour les services.

Parmi les objectifs de la deuxième phase figurent la réduction des pertes liées aux fuites, aux connexions clandestines et aux factures impayées, mais aussi améliorer la recollection afin d’arriver à couvrir les dépenses opératives du CTE-RMPP. Par ailleurs, un grand plan d’investissements pour étendre les services et améliorer sa qualité sera mis en marche.

La BID et le gouvernement d’Espagne (à travers le FECASALC) sont les principaux donateurs dans le secteur de l’eau et l’assainissement en Haïti. Actuellement, ces deux acteurs financent des opérations pour une valeur d’US $ 180 millions pour améliorer la gestion et étendre les services à Port-au-Prince, dans plusieurs villes de taille moyenne et dans des nombreuses communautés rurales du pays.