News banner image

Infos

Selon le rapport Microscope, la Micro-finance est chaque fois plus populaire et sa viabilité commerciale s´améliore

Selon le rapport Micoscope global sur l´environnement économique de la micro finance 2010, le secteur est en train de passer rapidement d´un produit de marché niche à une forme globalement reconnue de finance. La technologie actuelle permet à cette industrie de prêter et offrir des services financiers aux populations à bas revenus ainsi qu´aux entrepreneurs dans le monde entier.

Les fournisseurs et les investisseurs considèrent chaque fois plus la micro-finance comme une activité commerciale viable dans les pays en voie de développement. Néanmoins les insuffisances dans la régulation ou dans les marchés maintiennent cette industrie financière loin d´un fonctionnement idéal, d´après le rapport de l´Unité d´intelligence économique (UIE/EIU).

Microscope global 2010 offre pour la seconde année consécutive une analyse exhaustive de l´environnement économique pour le secteur de la micro-finance dans 54 pays différents. C´est aussi la quatrième année que l´indice est élaboré afin de définir les conditions existantes dans les 21 pays d´Amérique latine et Caraïbes. 

Le Fonds multilatéral d´investissement (MIF; un membre du Groupe de la Banque interaméricaine de développement), la CAF (Société Andine de Développement) et le Fonds fiduciaire hollandais pour l´assistance technique de la Société financière internationale (SFI/ IFC) ont fournit leur soutient pour l´élaboration de cette étude.

Selon la Princesse Máxima des Pays Bas (Ambassadrice des Nations Unies pour les finances inclusives dans le développement) : « Avoir accès à divers services financiers est essentiel pour être capable d´améliorer les situations professionnelles, le bien-être des plus pauvres et des personnes à bas revenus. Cependant beaucoup reste à faire au niveau des politiques pour créer un environnement qui facilite l´inclusion financière des individus et des entreprises de manière responsable. » Elle a par ailleurs ajouté : « Microscope global identifie les pays qui ont fait des améliorations et ceux qui n´en ont pas fait, ainsi que les domaines où l´on devrait porter ses efforts pour continuer à progresser. »

L´indice qui est à la base de ce rapport permet aux pays et régions d´être comparés à travers trois vastes catégories : le système de régulation, le développement institutionnel et le climat d´investissement. En plus de couvrir 21 pays d´Amérique latine et le Caraïbes, l´indice analyse aussi l´environnement pour le secteur de la micro-finance dans : 11 pays d´Afrique Sub-saharienne, 5 pays de l´Asie du Sud, 7 de l´Asie de l´Est, 3 du Moyen Orient et d´Afrique du Nord et 7 de l´Europe de l´Est et d´Asie centrale.

En tant que région intégrant les premiers et dernier du classement, l´Amérique latine et les Caraïbes ont le plus large éventail de notations parmi les six régions (tant la moitié des 10 premiers de la liste comme 4 des 10 derniers appartiennent à la région).

Le Pérou, les Philippines, la Bolivie sont en tête de liste pour deuxième année consécutive. Pérou demeure le premier à niveau global, avec un indice de 74,3 sur cent (similaire au score de l´année dernière).

Le restant des 10 premiers du classement sont des pays d´Amérique latine (Equateur, Salvador, Colombie), du Sud et Est asiatique (Inde et Pakistan) et d´Afrique Sub-saharienne (Ghana et Kenya). Parmi les 54 pays inclus dans le classement 2010, 29 ont amélioré leur indice, 21 ont perdu de l´avantage et 4 sont restés inchangés.

Selon Vanesa Sanchez, directeur du projet Microscope à l´EIU (Unité d´intelligence économique) : « Le Microscope global fournit aux investisseurs, aux prêteurs et donateurs un large coup d´œil comparatif de chaque secteur de la micro-finance de ces pays.» Elle a par ailleurs ajouté : « Les systèmes de régulation sont relativement avancés, mais certains pays font encore défaut à l´heure de créer les conditions optimales à la micro-finance. »