News banner image

Infos

Le Mexique et le Guatemala ont facilité le transport douanier avec le support du BID

C´est avec l´appui de la Banque interaméricaine de développement (BID) que le Mexique et le Guatemala se sont unis à la Procédure mésoaméricaine de transit international de marchandises (TIM) qui vise à faciliter la gestion et le contrôle douanier aux frontières de tous les pays Mésoaméricains.

Les exportations mexicaines destinées au Nicaragua ont utilisé pour la première fois en juillet la procédure douanière d´avant-garde qui, sous un schéma de guichet unique et à l´aide des dernières technologies, permet l´harmonisation des procédures de contrôle des douanes ainsi que des services sanitaires et phytosanitaires. Le tout suppose l´élimination des formulaires en papier.

Ce système a permis la diminution de presque 80% du temps dédié aux formalités douanières au passage frontalier El Amatillo entre Le Salvador et Honduras, deux pays qui utilisent le TIM depuis juin 2008.

Les mécanismes qui, comme le TIM, fluidifient les liens commerciaux et améliorent les opérations de transit international de marchandises, sont de nos jours fondamentales et prioritaires en Mésoamérique. En effet dans cette région plus de 60% du commerce intra-régional passe par le Couloir Pacifique et le régime de transit international.

Plus de 7200 opérations de transit ont été accomplies avec succès dans cette première phase du TIM. Il est prévu que le rattachement du Mexique et du Guatemala engendre un saut exponentiel dans le nombre d´opérations réalisées, ce qui bénéficiera directement aux exportateurs, importateurs, transporteurs et consommateurs. Mais cela suppose aussi une amélioration pour les différents organismes du secteur gouvernemental comme l’administration douanière et de quarantaines des pays mésoaméricains

Il est attendu que l´utilisation du TIM soit étendue au Nicaragua, Costa Rica et Panama au plus tard en juin 2011. Ce projet, financé par le Fonds général d´Espagne, est exécuté par le BID dans le cadre du projet Mésoamérique et au sein de l´Initiative de l´accélérateur du couloir Pacifique. Ces actions font partie de la réponse donnée par la Banque aux demandes des pays de la zone qui voulaient pouvoir compter avec des instruments de pointe afin de diminuer les coûts des échanges ainsi que d´améliorer la compétitivité et renforcer l´intégration économique régionale.