News banner image

Infos

Les gouverneurs de la BID s’accordent sur les conditions financières de l’augmentation historique du capital
  • Les pays membres offrent une vision stratégique et un cadre pour la reddition des comptes
  • La Banque augmentera son appui aux petits pays vulnérables
  • Objectifs clés : réduire la pauvreté et les inégalités, promouvoir l’intégration régionale et l’énergie durable et aider les pays à faire face au changement climatique


À l’issue d’une période de vote de 60 jours, le Conseil des gouverneurs de la Banque interaméricaine de développement s'est prononcé largement en faveur des conditions financières d’une augmentation de 70 milliards du capital ordinaire de la Banque. Il s'agira de la plus grande augmentation de ressources de l'histoire de la BID.

Après le décompte officiel des voix du scrutin qui s'est achevé mercredi, débute le processus d'approbation par chaque pays membre des résolutions d'application de l'augmentation du capital.

Au terme de ce processus, l'augmentation de capital inclura des fonds supplémentaires pour les plus pauvres des pays membres de la BID et une enveloppe financière sans précédent pour Haïti.

L'accord des gouverneurs définit les priorités et les objectifs de développement de la BID. Il renforce les mécanismes permettant de vérifier que l'aide de la Banque contribue réellement au développement des pays bénéficiaires.

L'accroissement du capital devrait permettre à la BID de prêter en moyenne $12 milliards par an, le double de son volume de prêts avant la crise. Il ouvrira la voie à l'annulation totale de l'encours de la dette d'Haïti et permettra à la Banque de lui octroyer des dons de plus de $2 milliards au cours des 10 prochaines années. En outre, ce capital accru garantira la viabilité du guichet de prêts concessionnels de la BID, le Fonds pour les opérations spéciales (FSO). Les gouverneurs étudieront les besoins du FSO avant 2020.

« L'augmentation du capital permettra à la BID de mener un programme ambitieux au cours des 10 prochaines années en mettant l'accent sur les défis de développement les plus pressants auxquels l'Amérique latine et les Caraïbes sont confrontées », a expliqué le président de la BID, Luis Alberto Moreno. « Les réformes approfondies qui ont abouti à cette augmentation ont transformé la BID en une institution plus agile, plus transparente et plus responsable. Elle est donc très bien placée pour promouvoir la croissance et ouvrir des débouchés économiques partout dans l'hémisphère. »

La Banque continuera à venir en aide aux petits pays vulnérables, en leur accordant 35 % de la totalité de ses prêts d'ici 2015.

Les prêts d'appui aux initiatives d'adaptation au changement climatique, ainsi que les projets de production d'énergie renouvelable et de protection de l'environnement devraient atteindre 25 % de l'ensemble des prêts, contre une moyenne de 5 % au cours des trois dernières années.

Les prêts pour la lutte contre la pauvreté et les financements par capitaux propres devraient augmenter, atteignant jusqu'à 50 % du volume total de prêts de la Banque d'ici la fin de 2015.

Il est prévu que l'appui de la BID au commerce et à l'intégration triplera à 15 % des prêts.

L'accord des gouverneurs recommande la souscription de l'augmentation du capital de la BID sur cinq ans à compter de 2011. Au total, $1,7 milliard sera souscrit par les actionnaires comme capital d'apport (versé) pendant cette période. Les $68,3 milliards restants se présenteront sous forme de capital appelable, c'est-à-dire de fonds engagés par les pays membres et non immédiatement décaissables.

Cet accroissement de ressources fera passer le montant total du capital souscrit (versé et appelable) de la Banque à plus de $170 milliards, ce qui la maintiendra au rang de première source de financement multilatéral pour l'Amérique latine et les Caraïbes et de plus grande banque de développement régional.

Engagement pour une transparence et une responsabilité accrues

L'accord crée un cadre de résultats avec des indicateurs permettant de suivre l'efficacité des programmes de la BID. Le cadre définit les résultats spécifiques que la Banque devrait réaliser d'ici 2015 pour aider la région à faire des progrès vers ses principaux objectifs de développement. Ces résultats consistent à permettre à un plus grand nombre d'enfants d'avoir accès à une éducation de qualité, accroître le nombre de ménages disposant d'installations d'eau courante nouvelles ou rénovées et augmenter la quantité d'énergie produite à partir de sources sobres en carbone.

La BID est engagée à appuyer des programmes capables de produire des résultats. Pour suivre les progrès vers la réalisation des résultats convenus par les gouverneurs, la Direction présentera un rapport annuel sur l'état d'avancement de l'Augmentation générale du capital. Dans le but d'améliorer la responsabilité, au début de cette année, la Banque a adopté une nouvelle politique d'accès à l'information qui accroît la transparence sur l'efficacité des opérations de la BID et les conclusions des séances du Conseil.