News banner image

Infos

La BID approuve $170 millions en prêts pour la Jamaïque

La Banque interaméricaine de développement a approuvé trois prêts d’un montant total de 170 millions $ pour aider la Jamaïque à faire avancer les réformes des filets de sécurité sociale, renforcer la compétitivité des entreprises et soutenir les réformes du secteur public afin de favoriser une gestion plus efficace des dépenses et de la performance.

Promouvoir les filets de sécurité sociale
Un crédit de 50 millions $, le premier d’une série de prêts à l’appui de réformes, aidera à consolider les réformes des filets de sécurité sociale actuellement en cours et à réduire la vulnérabilité des personnes démunies dans un contexte de récession économique.

Les fonds de la Banque contribueront à la réalisation du Programme pour la protection du capital humain du Gouvernement, qui vise à protéger les dépenses liées aux soins de santé de base, à l’éducation et aux filets de sécurité pendant la période de recul économique ; et à améliorer l’efficacité des réformes apportées aux principaux programmes de filets de sécurité sociale.

En particulier, le prêt financera la protection des dépenses publiques consacrées aux soins de santé primaire et à la nutrition ; au développement de la petite enfance ; à l’enseignement primaire, secondaire et à l’éducation de l'enfance en difficulté ; au programme PATH de transferts conditionnels de fonds et au Programme d’alimentation scolaire. 

Il aidera aussi à mieux cibler vers les plus démunis les subventions fournies par le Programme d’alimentation scolaire en faveur des enfants inscrits au PATH, à étendre la couverture du PATH en augmentant le nombre total de bénéficiaires inscrits à 290 000, dont 45 000 personnes du troisième âge, et la mise en service d’outils propres à renforcer les synergies entre les interventions liées au développement de la petite enfance, notamment le Passeport de santé de l’enfant.

Compétitivité des entreprises
 Le crédit de 60 millions $ accordé au « Programme de renforcement de la compétitivité II », qui est le deuxième d’une série de trois prêts octroyés consécutivement en appui à des réformes entreprises dans ce domaine, soutiendra les efforts du gouvernement pour surmonter les principaux obstacles à la compétitivité de la Jamaïque en promouvant des réformes visant à réduire le coût lié à la pratique des affaires.

Le programme se subdivise en quatre axes de réforme : la compétitivité du cadre de mise en œuvre ; la réforme fiscale dont le but est d’élargir l’assiette fiscale et de mettre en place un système de recouvrement plus rationnel et plus transparent ; l’amélioration de l’accès au financement et le développement des marchés de capitaux ; et la réduction des charges des entreprises par l’accélération des procédures de délivrance des titres de propriété.

En outre, il poursuivra les actions en cours destinées à réduire le soutien du gouvernement aux entreprises à capitaux publics et à prendre d’autres mesures en vue de promouvoir les transactions électroniques, notamment par l’application scrupuleuse du cadre juridique, réglementaire et institutionnel de la banque mobile, créant ainsi les conditions pouvant permettre d’offrir des services financiers aux populations démunies, en particulier dans les zones éloignées.

Concernant la délivrance des titres de propriété, la deuxième phase du programme vise à promouvoir des actions visant à réduire le coût d’enregistrement des biens fonciers, à accélérer la procédure de délivrance des titres de propriété et à lever les goulets d’étranglement liés à la réglementation.

En réduisant le coût et la durée du processus de délivrance des titres de propriété et d’enregistrement des biens fonciers, les petits propriétaires fonciers pourront donner leurs terres en garantie pour des activités commerciales et apporter des améliorations à leurs biens immobiliers en prévalant de leur titre de propriété. En outre, la propriété foncière réduit les actes de violence dans les quartiers, ce qui améliore l’environnement des affaires d’une manière générale.

Gestion du secteur public
Ce crédit de 60 millions $ destiné au « Programme de gestion des finances publiques et de la performance II » est la deuxième opération de prêt-programme d’une série de trois prêts octroyés consécutivement en appui à des réformes visant à soutenir les efforts déployés par le gouvernement jamaïcain en vue d’améliorer la gestion des dépenses et de la performance dans le secteur public en suivant une approche harmonisée dictée de l’intérieur qui démontre l’engagement du pays à mener à bien les réformes.

En matière de gestion des dépenses, le programme vise à favoriser l’adoption de mesures d’orientation en faveur de l’élaboration et la mise en application de textes de loi sur la responsabilité budgétaire dans le but de renforcer l’obligation de rendre compte, la transparence, de veiller au maintien d’un niveau d’endettement tolérable et d’améliorer la gestion à moyen terme des finances publiques. Il soutient également les réformes dans les domaines de la gestion des finances publiques et de la passation des marchés publics, en mettant l’accent sur l’uniformisation et le contrôle de l’application effective des politiques et procédures en vigueur.

Pour ce qui est de la gestion de la performance, le programme vise la mise en place d’un Système de gestion et d’évaluation de la performance et le renforcement du cadre de responsabilisation pour un meilleur fonctionnement du modèle basé sur le recours à des organismes d’exécution et de celui faisant appel aux Institutions sur la base de contrats-plans.

 L’approche programmatique de la Banque et la coopération technique complémentaire fournie dans le cadre de PRODEV ont effectivement permis d’assurer la continuité du processus des réformes et des activités incluses dans le programme.

Les trois prêts approuvés par le Conseil d’administration de la Banque ont tous une durée de 20 ans, assortie d’une période de grâce de 5 ans et sont rémunérés à un taux intérêt variable, basé sur le LIBOR.

Contacts avec la presse