News banner image

Infos

La BID appliquera dix mesures pour promouvoir l’égalité des genres et la diversité

Suite à la conférence de deux jours sur l’égalité des genres et la diversité qui s’est tenue à son siège la semaine dernière, la Banque interaméricaine de développement a décidé de mettre en œuvre 10 mesures visant à promouvoir les femmes et la diversité au sein de l’institution.

Les propositions retenues portent sur un large éventail d’initiatives que la Banque prendra à partir de 2010, y compris l’attribution d’une note préférentielle, en vue de la passation de marchés, à des entreprises dirigées par des personnes issues des minorités généralement exclues ; l’adoption d’un plan d’action pour accélérer l’évolution professionnelle des femmes ; et la prise en compte des aptitudes et des besoins des personnes handicapées dans toutes les opérations de la BID. (Voir ci-après, la liste intégrale des 10 propositions gagnantes.)

Des universitaires et des représentants d’ONG, du secteur privé, de gouvernements et d’organisations internationales, spécialistes des questions de diversité, ont pris part à la rencontre dénommée : Conférence de la BID sur le leadership et la diversité – montrer l’exemple en amont. Les participants ont travaillé autour de tables rondes pour formuler les recommandations parmi lesquelles les 10 propositions gagnantes ont été choisies.

La Banque a organisé cet événement pour s’autosensibiliser sur la question, ouvrir le débat sur l'inclusion et la diversité sur le lieu de travail, et fixer des objectifs mesurables en vue de la promotion des femmes, des peuples autochtones, des descendants d’Africains et d’autres minorités à tous les niveaux dans le Groupe de la Banque.

Pendant les deux jours de la conférence, d’éminents experts ont souligné les défis à relever pour instaurer la diversité et proposé des solutions. Il s’agit, entre autres, de Melanne Verveer, ambassadrice itinérante pour les enjeux féminins dans le monde au Département d’État des États-Unis ; Richard Fletcher, administrateur du fonds Phelps Stokes ; Demetrio Cojtí Cuxil, ancien ministre adjoint de l’éducation au Guatemala ; Flo McAfee, président de Summerland Studio ; et Marcia de Castro, coordonnatrice résidente des Nations Unies et représentante résidente du PNUD à Trinité-et-Tobago, au Suriname, à Aruba et aux Antilles néerlandaises. Le maire de Washington, Adrian M. Fenty, était l’un des principaux orateurs à l'inauguration de la conférence.

Prenant la parole à l’ouverture de la rencontre, le Président de la BID, Luis Alberto Moreno, a évoqué les progrès récemment accomplis par la Banque en matière de promotion de l’égalité des genres et de la diversité, notamment l'établissement d’un nouveau fonds de $10 millions pour les questions de genre et de diversité, l’approbation d’une nouvelle aide financière pour le programme d’appui au leadership et à la représentation des femmes (PROLEAD), et la formation d’un partenariat stratégique avec l’Initiative 10 000 femmes de Goldman Sachs, qui soutient l’entreprenariat féminin partout dans la région.

Par ailleurs, M. Moreno a souligné que la BID s’emploie à améliorer sa capacité à répondre aux préoccupations des peuples autochtones. Par exemple, elle a commandé une évaluation indépendante des investissements de la Banque en faveur des peuples autochtones au cours des 15 dernières années, encouragé une participation accrue des descendants d’Africains et des peuples autochtones aux consultations publiques, et formé des partenariats avec le secteur privé pour venir en aide aux groupes marginalisés.

En outre, la Banque a apporté une contribution supplémentaire de $6 millions à un fonds parallèle pour les questions liées au genre et à la diversité. Elle élabore en ce moment une nouvelle politique en matière de parité homme-femme afin d'intégrer les questions liées au genre dans toutes les opérations de la Banque. Elle développe deux projets de cartographie pour évaluer les conséquences de l’exclusion sociale et renforcer les capacités institutionnelles de la région en matière de lutte contre la discrimination.

« Toutefois, il manque une pierre à cet édifice », a ajouté le président de la BID. « Pour servir au mieux ses clients, la Banque elle-même doit davantage appliquer la diversité ».

Cette conférence a été organisée « en vue d’améliorer la façon dont la BID aborde les questions liées au genre et à la diversité dans son fonctionnement quotidien et dans sa politique de ressources humaines », a conclu M. Moreno.

À cet effet, les participants à la conférence ont été invités à rejoindre l’une des 13 tables rondes abordant chacune un thème différent. Des recommandations ont été faites par toutes les tables rondes et par un forum ouvert sur Facebook pour recueillir les propositions du public directement. Ce processus a permis de recueillir plus de 100 recommandations et d’en sélectionner les 10 propositions gagnantes.

Elles portent sur des mesures que la Banque entreprendra à partir de 2010 et se présentent comme suit.

1.     Définir des objectifs spécifiques dans le système d’évaluation de la performance, pour permettre aux responsables de bien appliquer la nouvelle politique de la BID sur le rôle de l’égalité des genres dans le développement.  La bonne performance des responsables sur les critères établis sera récompensée par de bonnes notes dans leur évaluation annuelle, qui seront prises en compte lors de la révision salariale.

2.     Lancer un programme pilote pour déterminer la prisée des prêts de la BID en fonction de la « note » attribuée aux entreprises sur la fiche d’évaluation des résultats en matière de développement ou de questions sociales.

3.     Dans les bureaux hors-siège, attribuer des notes préférentielles aux entreprises dirigées par des personnes issues des minorités généralement exclues.

4.     Faire de la promotion de la diversité et de l’inclusion l’un des objectifs du programme annuel de chaque superviseur de la BID.

5.     Former le personnel d’encadrement sur le changement des habitudes au travail, en privilégiant une organisation plus décentralisée et s’appuyant davantage les outils technologiques les plus récents.

6.     Permettre au personnel d’opter pour le télétravail et d’autres méthodes de travail flexibles.

7.     Améliorer les offres de postes d’encadrement en y integrant davantage des fonctions de « doublures » des cadres supérieurs, et lancer un programme de mentorat généralisé au sein de la Banque.

8.     Offrir des postes de perfectionnement de 12 mois aux femmes occupant des grades inférieurs, ainsi que la possibilité de rotation du personnel entre le siège et les bureaux-pays.

9.     Améliorer la politique actuelle de congé de paternité.

10.   Veiller à la prise en compte des aptitudes et des besoins des personnes handicapées dans toutes les opérations de la BID (proposition du forum sur Facebook).