News banner image

Infos

Conférence sur développement économique et social d’Haïti III

COMMUNIQUÉ

Le 14 avril 2009, sous les auspices de la Banque Interaméricaine de Dévelop-pement, le Gouvernement d’Haïti a convié ses partenaires internationaux à la troisième conférence sur le Développement Économique et Social d’Haïti, sur le thème: «Vers un nouveau paradigme de coopération pour la croissance et le développement».

Répondant à l’invitation de la Première Ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis et du Président de la Banque Interaméricaine de Développement, M. Luis Alberto Moreno, les représentants des pays donateurs, les responsables des institutions multilatérales et d’autres organisations de coopération engagées en Haïti ont réaffirmé leur solidarité au peuple haïtien et à ses gouvernants qui sont confrontés à des défis difficiles suite aux effets conjugués de la crise alimentaire, de la saison cyclonique 2008 qui fut désastreuse et des retombées de la crise financière internationale sur les ressources financières tant des ménages haïtiens que de l’État.

La conférence de Washington s’appuie sur les engagements pris à Madrid en novembre 2006 où déjà la Communauté Internationale et le Gouvernement Haï-tien s’étaient engagés à honorer un pacte de responsabilité mutuelle.

Tous les participants ont souligné qu’Haïti se trouve á un tournant décisif et qu’il existe actuellement une fenêtre d’opportunité à saisir. Ils reconnaissent la néces-sité d’adopter un nouveau paradigme de coopération pour stimuler la croissance et favoriser le développement équitable et inclusif de tous les Haïtiens et les Haïtiennes. Ils réaffirment les principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide comme devant guider leurs actions et conviennent de prendre les mesures requises pour ce faire.

Le Gouvernement haïtien a présenté un programme urgent de réduction de la vulnérabilité aux désastres naturels et un Plan de Relance Economique et Social dont l’objectif principal consiste à créer au cours des deux prochaines années 150.000 nouveaux emplois répartis dans plusieurs secteurs tant en milieu rural que dans les zones urbaines. À cette fin le gouvernement lancera un vaste pro-gramme de construction et de réhabilitation d’infrastructures de transport et d’aménagement foncier visant à la relance de la production agricole, en privilé-giant les travaux à haute intensité de main d’œuvre, et prendra les dispositions nécessaires pour soutenir les investissements créateurs d’emplois, en étroite concertation avec la communauté internationale, les institutions financières et le secteur privé. Le Gouvernement s’est également engagé à mettre à niveau les services de base, en matière d’éducation, de santé et d’approvisionnement en eau potable, en prêtant une attention spéciale au respect des normes de sécurité et environnementales et en s’assurant que des fonds suffisants sont alloués à l’entretien et au bon fonctionnement des infrastructures et établissements réhabi-lités. Le Gouvernement veillera aussi à augmenter la production d’électricité, tout en révisant la grille tarifaire pour couvrir les frais de production.

Dans leurs interventions respectives, le Président de la Banque Interaméricaine de Développement, la Ministre Canadien de la Coopération Internationale, la Se-crétaire d’État Américaine, le Secrétaire General des Nations-Unies, le Secré-taire General de l’Organisation des États Américains, le Président de la Banque Mondiale, le Directeur Général du Fonds Monétaire, les Secrétaires d’État Français et Japonais, ainsi que les autres intervenants, ont apporté leur soutien au Plan soumis par le Gouvernement haïtien et ont promis de renforcer leurs efforts à cette fin.

Les partenaires de la communauté internationale ont annoncé des contributions additionnelles de 324 millions US$ pour les prochains deux ans.

Les partenaires ont également accepté de participer pleinement à la création d’un forum politique proposé par les autorités haïtiennes afin de maintenir un dialogue continu aux plus hauts niveaux sur les politiques de développement et la gouvernance, seul garant d’une compréhension commune de la situation et de la mobilisation des ressources nécessaires.

Les participants considèrent que la Conférence a été l’occasion de faire un premier pas dans cette direction puisque les travaux préparatoires, incluant la Réunion Technique d’Ottawa, ont permis de lancer un véritable processus d’alignement des projets et programmes sur les priorités du Gouvernement, de développer une matrice d’engagements mutuels en matière de gouvernance et d’appliquer une matrice commune pour l’appui budgétaire. Ils conviennent de redynamiser la planification sectorielle conjointe dans les secteurs prioritaires.

La communauté internationale a accueilli favorablement les engagements pris par le Gouvernement haïtien relativement à l’augmentation des recettes de l’État, de la reddition de compte du Programme d’urgence, du financement et du fonctionnement du Fonds d’Entretien Routier, de la grille tarifaire de l’électricité et de la facilitation des investissements. Elle s’est également félicitée de la présence, au sein de la délégation haïtienne, des Présidents des deux Chambres du Parlement et de représentants de la société civile et du monde des affaires. Elle y voit la poursuite et le renforcement d’un dialogue élargi et constructif entre les principaux acteurs du développement national. Ce dialogue est à la base d’une stabilité durable pour le pays.

Tous les participants reconnaissent la précarité des finances publiques haïtien-nes, et ce, malgré la discipline budgétaire rigoureuse et une gestion prudente des politiques monétaire et fiscale. Cette gestion rigoureuse permettra l’atteinte du point d’achèvement pour l’effacement d’une dette d’environ 1 milliard US$ qui diminuera d’environ 48 millions US$ les obligations financières annuelles et ce à partir de juin 2009. Les partenaires conviennent de poursuivre les efforts conjoints dans ce domaine sur la base de l’accord récent autour du Cadre de Partenariat sur l’Appui Budgétaire.

Le Gouvernement d’Haïti félicite les partenaires engagés en Haïti pour l’effort financier additionnel et pour les réallocations faites au sein des montants déjà engagés, afin de supporter les composantes visant la réduction de la vulnérabilité aux désastres naturels, la création d’emplois et les investissements privés, la relance de la production agricole, les infrastructures de transport et d’électricité ainsi que l’amélioration de l’accès aux services d’éducation et de santé et l’accès à l’eau potable.

Le Gouvernement et ses partenaires estiment que la manière de mettre en œuvre l’aide au développement est au moins aussi importante que les som-mes engagées. Dans cet esprit, des mesures seront prises tant par les bailleurs de fonds que par le Gouvernement pour améliorer et accélérer l’exécution des projets, augmenter les taux de décaissement, intégrer davantage les ONG dans l’effort national de développement et partager les informations nécessaires pour évaluer les résultats obtenus et mieux répondre aux questions et aspirations légi-times des populations. Le Gouvernement pour sa part a annoncé la mise en place dans l’immédiat d’une «Equipe d’Action Rapide» qui travaillera en étroite liaison avec les bailleurs de fonds et le secteur privé, pour identifier les goulots d’étranglement qui empêchent ou retardent la mise en œuvre des projets, et qui aura pour mission de réagir rapidement afin de régler les problèmes et obtenir les résultats recherchés.

A cette fin, le gouvernement d’Haïti, en collaboration avec ses partenaires, s’engagent à mettre en place un processus de consultation et de dialogue politique. Ce processus permettra de construire sur les acquis de la conférence relativement au renforcement de l’efficacité et de la coordination de l’aide.

Le Gouvernement d’Haïti et les partenaires de la communauté internationale sa-luent la présence, en marge de ces assises, des représentants de la société ci-vile et de nombreuses ONG qui contribuent  au développement d’Haïti. Leur en-gagement et leur travail représentent une contribution significative dont on doit tenter de maximiser l’impact pour le bien-être des populations.

Le Gouvernement d’Haïti a remercié les pays donateurs, les organisations inter-nationales et tous les participants pour avoir répondu à son invitation. Il a adressé un témoignage particulier de reconnaissance à la Banque In-teraméricaine de Développement pour son travail inlassable afin de faire de cette démarche un succès.