News banner image

Infos

La BID approuve $2 milliards pour lutter contre la pauvreté au Mexique

. Les ressources devraient être affectées au programme Oportunidades qui vise à briser le cycle du transfert de pauvreté de génération à génération par le biais de l’éducation, de la santé et de la nutrition.

. Ce programme comporte un plan pilote qui introduira des innovations afin de répondre aux besoins des populations urbaines.

. Cette année, la BID a apporté son soutien au Mexique grâce à $6 milliards consacrés à des  programmes divers.

 

 

Le Mexique bénéficiera d’une ligne de crédit de $2 milliards de la Banque interaméricaine de développement pour Oportunidades, l’un des programmes inédits de transfert conditionnel d’espèces qui a été reproduit dans d’autres pays d’Amérique latine et ailleurs.

 

Aux termes de ces transferts conditionnels d’espèces, les parents doivent maintenir leurs enfants à l’école et leur dispenser des soins de santé pour pouvoir recevoir ces paiements.  Ces programmes sont un moyen pour les gouvernements de répondre aux incertitudes financières et économiques, tout en s’attaquant à certaines des causes profondes de la pauvreté.

 

Un premier prêt de $200 millions au titre de la ligne de crédit conditionnel pour des projets d’investissement (connue sous le sigle CCLIP) vise à améliorer l’éducation, la santé et la nutrition chez les pauvres.  Un programme pilote conçu dans le cadre d’Oportunidades comprendra de nouvelles initiatives spécialement adaptées aux besoins des pauvres des zones urbaines, ainsi qu’à ceux de la population indigène.

 

Le Conseil de la BID a approuvé cette ligne de crédit CCLIP et le premier prêt aujourd’hui.  Cette opération est la troisième accordée au Mexique pour Oportunidades depuis le lancement de ce programme en 1997.  Deux prêts accordés précédemment par la BID, d’un montant total de $2,2 milliards, représentent le plus gros montant jamais accordé par la BID à un seul programme social au Mexique.  Ces opérations étaient importantes non seulement financièrement, mais aussi parce que la BID a ainsi aidé le Mexique à mettre au point des mécanismes rigoureux d’évaluation indépendante et à apporter constamment des améliorations au niveau de la conception de ce programme.  Se fondant sur cette expérience, la BID finance également des programmes similaires de transfert conditionnel d’espèces dans 15 pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

 

En 2008, la BID a approuvé des lignes de crédit au Mexique pour environ $6 milliards, dont des prêts de $2,5 milliards à la Sociedad Hipotecaria Federal pour des programmes de logements sociaux, de $2 milliards au programme Oportunidades et de $1,2 milliard à Banobras pour l’infrastructure et les services publics.  La BID a également approuvé d’autres opérations visant à soutenir les mesures inhérentes au changement climatique, dont un premier prêt de $200 millions.

 

« La ligne de crédit de $2 milliards à Oportunidades est l’une des multiples opérations lancées par la BID pour appuyer les efforts consacrés par le Mexique à améliorer les conditions de vie des pauvres, qui constituent le secteur généralement le plus durement touché et oublié en période de difficultés économiques », a déclaré Luis Alberto Moreno, Président de la BID.  « Dans ce cas, le Mexique peut non seulement soutenir ses programmes de réduction de l’impact des troubles économiques mondiaux sur les secteurs les plus faibles de sa société, mais aussi améliorer l’aptitude du programme Oportunidades à renforcer le capital humain du pays pour l’avenir ».

 

« La différence importante par rapport aux précédentes crises financières est que les programmes sociaux sont déjà en place et pourraient être renforcés et améliorés pour aider les familles pauvres à faire face aux périodes difficiles » a ajouté M. Moreno.  De plus, le Mexique a la volonté politique de doter ses secteurs les plus vulnérables des moyens de progresser grâce à ce programme de transfert conditionnel d’espèces.  Depuis sa création, la BID a toujours appuyé ces efforts, et elle fournira les ressources additionnelles nécessaires pour améliorer les résultats. »

 

Oportunidades permet d’effectuer des transferts d’espèces directement aux familles bénéficiaires, sous réserve de l’envoi de leurs enfants à l’école et de l’utilisation de services de médecine préventive et d’ateliers de soins autoadministrés.  Le but de ce programme est de rompre avec le cycle de transmission de la pauvreté de génération à génération. Il comporte, par ailleurs, des méthodes d’évaluation rigoureuses et s’attache à relever les taux d’achèvement des études primaires et secondaires, ainsi qu’à réduire la malnutrition chronique des enfants.

 

Ce programme couvre actuellement cinq millions de familles, qui représentent près d’un quart de la population mexicaine et toutes les familles vivant en situation d’extrême pauvreté.  En 2008, son budget était de $3,8 milliards.

 

Au Mexique, l’extrême pauvreté a diminué de près d’un tiers entre 2000 et 2006, et le fossé entre riches et pauvres a diminué de 3 points de pourcentage.  On estime que sans le programme Oportunidades, l’indice de pauvreté aurait augmenté de 1,3 point de pourcentage.

 

Un Programme pilote novateur

 

Oportunidades s’est d’abord concentré sur les zones rurales où la pauvreté est deux fois et demie plus élevée que dans les zones urbaines.  Par la suite, ce programme s’est étendu aux zones urbaines.  Les habitants pauvres des villes posent aux dirigeants politiques le problème unique de devoir différencier ceux qui sont structurellement pauvres de ceux qui le sont par les circonstances, en raison de la volatilité de l’emploi et du dynamisme de la vie urbaine. 

 

C’est pourquoi le financement provenant du premier prêt approuvé aujourd’hui appuiera un programme pilote portant sur 50 000 familles urbaines – de Puebla, Ciudad Juárez et Ecatepec.

 

Entre autres innovations, ce programme permettra d’identifier les bénéficiaires selon leur niveau de malnutrition, d’échec scolaire ou de problèmes de santé plus que selon la mesure plus traditionnelle de leur revenu.  Le revenu est une mesure qui change constamment, étant donné la volatilité du contexte urbain.  Une nouvelle méthodologie multidimensionnelle ciblera les personnes en situation d’extrême pauvreté.

 

Les bourses viseront les jeunes de 14 à 18 ans, l’âge où il est le plus difficile de rester scolarisé, en offrant des incitations à la famille ainsi qu’aux jeunes eux-mêmes.

 

En ce qui concerne la santé, les services seront adaptés de manière à répondre à des programmes urbains très chargés en permettant aux familles de s’adresser aux établissements de santé de leur choix, en allongeant les heures de service et en donnant aux familles des rendez-vous aux heures qui leur conviennent.  Des ateliers d’éducation par âge se concentreront sur les problèmes de santé urbains.

 

Les paiements s’effectueront à travers des banques, ce qui permettra aux clients d’avoir accès à d’autres services financiers, tels que les comptes d’épargne et les cartes de débit.

 

Ce programme recherchera également de meilleurs moyens d’atteindre la population autochtone, qui représente 20% de la population des zones urbaines.

 

Le Service de développement social (SEDESOL) exécutera ce programme à travers le Conseil national de coordination d’Oportunidades.  Le premier prêt a une échéance de 25 ans et un différé d’amortissement de deux ans, et un taux d’intérêt variable basé sur le LIBOR.