News banner image

Infos

BID, lancement en Haïti d’un projet pilote : un ordinateur portable par enfant

La Banque interaméricaine de développement et la Fondation Un ordinateur portable par enfant (OLPC) financeront un projet pilote visant à tester si l’informatisation au cas par cas peut améliorer l'enseignement et l'apprentissage dans les établissements scolaires d’Haïti, pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

L’OLPC produit l’ordinateur portable XO, ordinateur à faible coût destiné aux enfants vivant dans des lieux dotés d’une faible infrastructure.  Cet appareil élémentaire, qui utilise un logiciel libre, peut être alimenté à l’aide de batteries automobiles, panneaux solaires, ou mécanismes tels que manivelles, pédales et cordons de tirage.

La BID va octroyer un don de $3 millions au projet pilote qui permettra de distribuer les ordinateurs portables XO à quelque 13 200 élèves et 500 enseignants dans 60 écoles primaires haïtiennes.  La contribution de l’OLPC au projet s’élèvera à $2 millions.

« En Haïti, l’un des pays les plus pauvres au monde, le déploiement de l’initiative a toujours été un objectif important pour l’OLPC », a déclaré Nicholas Negroponte, fondateur et président d’Un ordinateur portable par enfant. « La réalisation de cet objectif avec notre partenaire de longue date, la Banque interaméricaine de développement, fait en sorte que non seulement nous disposons de la meilleure équipe mais aussi que l’activité servira de modèle pour d’autres pays en Amérique latine et dans les Caraïbes. »

« Nous disposons d’études sur l’impact des laboratoires informatiques et ordinateurs communs dans la salle de classe, mais une évaluation détaillée du modèle d’apprentissage qui consiste à doter chaque enfant d’un ordinateur n’a jamais été réalisée  », a déclaré le chef de l’équipe du projet à la BID Emma Näslund-Hadley.  « Ceci est essentiel pour déterminer l’efficacité du modèle dans des conditions de pauvreté extrême et en tant qu’outil pour un apprentissage accéléré. »

Le projet pilote établira dans quelle mesure une technologie d’apprentissage axée sur l’enfant peut être utilisée pour remédier à des problèmes tels que la pénurie d’enseignants qualifiés et l’éducation d’enfants de niveaux d’études différents dans une même salle de classe.  Une autre priorité du gouvernement haïtien est d’accélérer le processus d’apprentissage pour les élèves qui s’inscrivent tardivement à l’école ou qui redoublent.

Dans le cadre du projet, le contenu du programme, y compris les manuels scolaires, films, fichiers audio et documents électroniques, seront traduits en créole et des applications seront développées sur des thèmes tels que la lecture et l’écriture, les connaissances numériques et la résolution de problèmes, les études environnementales et les compétences sociales.

Les enseignants et les élèves seront formés au fonctionnement des ordinateurs, à leur entretien basique, et à la résolution des petits problèmes.  Les dépannages plus complexes seront pris en charge par les étudiants des écoles de formation professionnelle ou les conseillers locaux en technologie de l’information.

Le Bureau régional de l’UNESCO pour l’éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes organisera des examens standardisés en mathématique et langue avant et après le projet pilote, afin d’évaluer sa performance d’un point de vue quantitatif.

Pour une évaluation qualitative, la pratique en salle de classe sera observée en permanence afin de déterminer si l’informatisation individuelle influe sur les attitudes et comportements en matière de gestion scolaire, l’importance attachée à l’éducation par les familles, l’utilisation des ordinateurs au foyer, et la perception des progrès pédagogiques des élèves.

Le projet pilote aidera aussi Haïti à évaluer les critères pour la conception et le lancement d’une stratégie nationale d’informatisation individuelle qui éventuellement pourrait s’étendre à l’ensemble du système éducatif.

Les ordinateurs de l’OLPC sont déjà utilisés dans les programmes éducatifs de deux autres pays membres emprunteurs de la BID, le Pérou et l’Uruguay, qui ont annoncé récemment une expansion de leurs programmes.