News banner image

Infos

La BID approuve $17,8 millions pour promouvoir les filières rurales économiques en Haïti

La Banque interaméricaine de développement a annoncé aujourd’hui l’approbation d’un prêt concessionnel de $17,8 millions destiné à Haïti pour un programme visant à renforcer la productivité des filières rurales économiques qui ont un potentiel de croissance avéré.

La production agricole a chuté considérablement en Haïti ces deux dernières décennies, faisant augmenter le niveau de pauvreté à la campagne, où habitent quelque 5 millions de personnes sur un total de 8 millions d’habitants. Néanmoins, diverses activités agricoles et d’élevage augurent d'un avenir prometteur qui permettront de générer davantage de revenus et d’emplois dans les zones rurales.

Par exemple, Haïti est le premier producteur au monde de vétiver, la racine d’une grande graminée qui produit une huile essentielle tres recherchée par les fabricants de parfums en Europe. De manière plus générale, l’expérience en Haïti a montré que l’adoption de moyens de production agricoles et de techniques perfectionnés a stimulé la production et la préservation des ressources naturelles dans les zones où elles ont été introduites.

Tirant parti des études sur les filières rurales, le nouveau programme renforcera le Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) par le biais d’investissements dans les centres de recherche et de développement et grâce à la promotion d’une coopération publique et privée. Des membres compétents d’associations de producteurs feront partie des comités de pilotage afin que la pertinence et la justification des programmes de recherche et de vulgarisation soient assurées.

Quatre centres de recherche et vulgarisation du MARNDR situés dans différentes régions d’Haïti (Dondon dans le nord, Lévy dans le sud-ouest, Baptiste dans le Plateau central et Savanne Zombi dans le sud-est) seront remis en état et équipés, et leur personnel sera formé afin qu’il mette en œuvre douze programmes de recherche et de dissémination avec la collaboration de participants des filières rurales  clefs.

Les centres de recherche et vulgarisation realiseront l'etablissement des collections botaniques afin d’améliorer le stock de la meilleure matière génétique disponible, des techniques de production de fruits à valeur élevée comme les avocats, les mangues et les agrumes ; des techniques de commercialisation et transformation horticoles ; la lutte contre les insectes nuisibles s’attaquant au café ; la propagation de variétés de bananes résistant aux maladies qui servent également d’arbres d’ombrage aux caféiers ; les cultures maraîchères et tubercules, le maïs et les haricots, les huiles essentielles et le bétail.

Une seconde composante du programme renforcera la capacité à détecter et contrôler les principaux facteurs nuisibles attaquant les plantes et les animaux dans les filières prioritaires, à améliorer les contrôles de quarantaine dans les aéroports, les ports et les postes de contrôle frontaliers, à effectuer un contrôle de qualité, à disposer de systèmes de conformité aux normes, et à réaliser des campagnes spécifiques phyto et zoosanitaires.

Ce programme aidera le MARNDR à stimuler sa capacité d’investissements publics dans les filières rurales en fournissant des fonds pour la formation du personnel en gestion stratégique, en gestion des ressources humaines et opérationnelles et en gestion de l’information. Le ministère et quatre associations représentant les producteurs, transformateurs et exportateurs de café, d’huiles essentielles, de bétail et de mangues, collaboreront également au développement de stratégies nationales compétitives de filières.

Le programme doit aider des dizaines de milliers d’agriculteurs, de techniciens, de transporteurs, de transformateurs, de fournisseurs et d’exportateurs jouant un rôle dans les filières rurales d’approvisionnement. Ce programme comporte également un don de $500 000 du Fonds japonais de réduction de la pauvreté qui servira à relier les groupes de producteurs ruraux et les entrepreneurs et leur offrira des services de liens au marché, y compris des services pour l’établissement de plans d'affaires et d’identification de sources de financement.

Les investissements effectués dans le cadre de ce programme viendront compléter d’autres projets ruraux de développement financés par la BID et diverses agences et donateurs internationaux en Haïti. Les prêts de la BID appuient également des mesures de gestion des risques d'inondation et le renforcement du réseau routier qui permettront d’améliorer les liens entre les agriculteurs et les marchés. À l’heure actuelle, un prêt pour la gestion des bassins-versants est en préparation.

Ce nouveau prêt est sur 40 ans, avec un amortissement différé de 10 ans. Les taux d’intérêt annuels seront de 1 % pendant la première décennie et de 2 % par la suite.