News banner image

Infos

La BID lance une initiative visant à générer des opportunités économiques pour la majorité de la population en Amérique latine et dans les Caraïbes

Le Président de la Banque interaméricaine de développement, Luis Alberto Moreno, a annoncé aujourd’hui une nouvelle initiative visant à générer des opportunités économiques pour les personnes à faibles revenus en Amérique latine et dans les Caraïbes qui constituent la majorité de la population dans la région.

À l’occasion d’une conférence de presse qui a eu lieu au siège de la BID à Washington, D.C. et a été transmise aux bureaux extérieurs dans la région, Moreno a expliqué que l’Initiative Building Opportunities for the Majority (Créer des opportunités pour la majorité) a pour but de chercher des solutions innovatrices afin d’aider la population à faibles revenus de la région à développer son potentiel économique et accumuler un patrimoine.

Moreno a souligné que les bénéfices de la croissance économique ne se sont pas propagés à la grande majorité de la population d’Amérique latine et des Caraïbes. Quelque 360 millions de personnes, soit 70 % de la population de la région, ont des revenus avec un pouvoir d’achat inférieur à $3 000 par an.

« L’Amérique latine et les Caraïbes sont parvenus à une stabilité macroéconomique, mais ceci n’est pas suffisant pour résoudre les problèmes de la population qui vit dans la pauvreté ou en dessous du seuil de pauvreté », a affirmé Moreno, qui est devenu président de la BID en octobre dernier. « En fait, les indices de pauvreté et d’inégalité ont à peine changé ces 45 dernières années ».

« Je crois que le moment est venu d’adopter une nouvelle approche : moins de macro et plus de micro. En somme, nous devons nous attaquer directement aux obstacles qui empêchent la population à ibles revenus de notre région d’améliorer son niveau de vie », a-t-il ajouté.

L’absence d’une croissance généralisée aboutit à l’exclusion sociale, aux conflits sociaux et aux tensions politiques. La majorité de la population de la région verse « une amende à la pauvreté » qui freine le développement pour les familles, les communautés et les pays de cette région.

En même temps, cette population représente un véritable géant ensommeillé. Pour étudier le potentiel économique de la majorité en Amérique latine et dans les Caraïbes, la BID s’est associée à deux centres prestigieux d’études indépendantes, le World Resources Institute (WRI) à Washington, D.C. et l’Instituto Libertad y Democracia (ILD) à Lima (Pérou).

L’ILD, dirigé par Hernando de Soto, a fait une évaluation de « l’argent improductif » dans douze pays de la région, des avoirs tels que des entreprises, des propriétés et terres qui, n’ayant pas été enregistrées légalement et dépourvues de titres de propriété, ne peuvent être utilisées comme garantie de crédit. Selon cette étude de l’ILD, ces avoirs se montent à $1,2 milliard.

Le WRI, reconnu mondialement pour son travail sur les problèmes d’environnement et « les nouveaux marchés émergents » des personnes à faibles revenus, a calculé que la majorité en Amérique latine et dans les Caraïbes représente un marché de $510 milliards, mesuré selon la parité du pouvoir d’achat.

Pour sa part, la BID a développé Mapping the Majority (carte de la majorité), un outil sur support Internet qui présente des statistiques sur les différents thèmes de l’Initiative Building Opportunities for the Majority, par déciles de revenus et aux niveaux nationaux. Cet outil utilise des données provenant d’enquêtes auprès des ménages en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi que d’institutions publiques et privées.

Des spécialistes de la BID ont également réalisé une série d’études sur les secteurs clés faisant partie de l’Initiative, avec de brefs diagnostics, des propositions de mesures et des cas concrets pouvant servir de modèles pour les projets.

Nouvelles directions, secteurs spécifiques

Moreno a souligné que le défi pour l’Amérique latine et les Caraïbes, et par conséquent pour la BID, est de donner aux personnes à faibles revenus accès aux opportunités et outils qui leur permettront d’atteindre leur potentiel économique.

La BID se concentrera sur quelques secteurs où elle peut obtenir des résultats tangibles : logements sociaux, services micro-financiers, infrastructure sociale (eau potable, assainissement, électricité, transports urbains et routes rurales), formation de l’emploi et soutien aux PME, accès aux technologies de l’information et de communication, et immatriculation des personnes sans carte d’identité.

« Nous n’avons pas toutes les réponses », a précisé Moreno. « C’est pourquoi je propose que nous travaillions avec les gouvernements, les entreprises du secteur privé et les organisations de la société civile afin de tirer parti de leurs expériences, de leurs ressources et de leurs avantages comparatifs. »

Afin de catalyser ces partenariats, la BID créera un réseau de centres d’innovations et d’opportunités dans divers pays de la région, ainsi qu’un à son siège à Washington. La Banque financera en partie les coûts opérationnels de ces centres, qui seront choisis en fonction de leur capacité à investiguer, à concevoir, à mettre en œuvre et à évaluer des projets pilotes pour répondre aux besoins de la majorité à faibles revenus.

Les leçons apprises grâce à ces projets pilotes permettront d’orienter une part croissante du volume de prêts de la BID pouvant s’élever à quelque $8 milliards par an, en vue de réaliser des opérations à grande échelle.

Moreno a également annoncé que la BID consacrera davantage de ressources à des secteurs spécifiques. Pendant les cinq prochaines années, elle doublera ses prêts à des projets d’infrastructure de base destinés aux personnes à faibles revenus. Ceux-ci atteindront $1 milliard par an d’ici 2011. Elle créera un fonds pour les prêts aux PME de $1 milliard et augmentera de 50 % son financement à la formation professionnelle, passant à $2 milliards sur cinq ans.

Par ailleurs, la BID se fixe comme objectif de faire en sorte de tripler le volume du microcrédit dans la région, qui passera à $15 milliards d’ici 2011. En matière de transferts de fonds, elle oeuvrera à réduire les commissions d’envoi qui passeront d’un taux actuel de 5,6% à 3%.

Moreno a ajouté que la BID continuera de consentir des prêts importants pour les secteurs traditionnels puisque, selon son mandat, elle se doit de consacrer au moins la moitié du montant annuel de ses prêts à des programmes dans les secteurs sociaux, comme la santé et l’éducation, et à d’autres mesures essentielles touchant la modernisation de l’État et la sécurité des citoyens.

Building Opportunity for the Majority sera lancée à l’occasion d’un forum les 12 et 13 juin au Centre de conférences de la BID (1330 New York Avenue, NW, Washington, D.C.). Parmi les orateurs principaux figureront Bill Clinton, Madame la Premier ministre de Jamaïque Portia Simpson Miller, le Cardinal hondurien Oscar Rodriguez, le Président de Telmex Carlos Slim, le Président de WRI Jonathan Lash, le Président de l’ILD Hernando de Soto et le fondateur de One Laptop per Child Nicholas Negroponte.

Durant la conférence, les sessions couvriront les thèmes principaux de l’Initiative, présentant des études de cas d’initiatives innovatrices visant à améliorer le niveau de vie de la population à faibles revenus. Il y aura également une foire technologique où les entreprises privées et les organisations à but non lucratif présenteront des produits et des services qui répondent aux besoins des consommateurs à faibles revenus. Cette foire se tiendra dans l’atrium du bâtiment principal de la BID les 13 et 14 juin.