News banner image

Infos

La BID approuve un prêt concessionnel de $50 millions pour la remise en état des équipements urbains

Un prêt de $50 millions de la Banque interaméricaine de développement financera un programme de remise en état d’équipements urbains destiné à améliorer le niveau de vie et l’accès aux services publics dans neuf chefs-lieux de département et dans la commune de Carrefour à Port-au-Prince en Haïti.

Ce programme prévoit la construction de centres administratifs et de service dans toutes les zones urbaines participantes, qui abriteront divers bureaux de l’administration sous un même toit. Dans la ville grouillante de Carrefour, qui compte 600 000 habitants, il améliorera également l’accès à l’eau et aux services sociaux, le ramassage des ordures et les marchés publics, et permettra de réduire les embouteillages et de créer des jardins publics.

“Les composantes de ce programme visent à répondre aux grandes priorités des zones urbaines d’Haïti, telles que la remise en état de l’infrastructure publique, la promotion de l’activité économique et la prestation de services essentiels,” a déclaré Martha Preece, chef de l’équipe du projet.“ L’objectif principal est d’amorcer ce qui sera un long processus de redressement après des décennies de laisser-aller. Par ailleurs, il renforcera la présence de l’État dans les villes du pays.”

Comme il est vrai qu’une seule opération ne peut résoudre les problèmes d’Haïti, ajoute Martha Preece, ce programme s’inscrit dans une stratégie générale appuyée par la communauté internationale afin d’aider les Haïtiens à relancer leur économie, à rénover leur secteur public et à restaurer et améliorer leurs services sociaux.

Le programme de remise en état des équipements urbains servira de complément à d’autres prêts récemment approuvés par la BID ainsi qu’à des projets en cours concernant l’infrastructure des transports, la formation professionnelle, le développement local et la gestion économique.

Ce nouveau programme s’inspire des leçons tirées de projets de restauration urbaine financés par la BID dans plusieurs pays d’Amérique latine. Pendant sa phase de conception, il a aussi tiré profit des conseils techniques dispensés par une société de consultants canadiens possédant une vaste expérience de l’urbanisme en Haïti.

La Commune de Carrefour

Avec une population qui a triplé au cours des deux dernières décennies et qui vit le long d’un bref tronçon de la RN 2, Carrefour relie la zone métropolitaine de Port-au-Prince aux départements de Grand’ Anse, du Sud et du Sud-est.

Dans cette commune paralysée par les embouteillages, où les rues sont dépourvues de passages pour piétons et qui ne possède pas de parcs publics, ce programme financera divers projets qui viseront à améliorer la qualité de vie de ses habitants en utilisant un ensemble d’investissements stratégiques dans l’infrastructure et les services.

Quatre marchés publics seront construits pour remplacer certains marchés délabrés de Carrefour qui souffrent de surpeuplement, d’une insuffisance d’entretien, de l’accumulation des déchets et d’un manque d’eau courante et de toilettes. Les nouveaux marchés seront gérés par leurs occupants et supervisés par la commune.

Cinq bornes-fontaines publiques alimentées par des puits artésiens seront installées à des points stratégiques à l’intérieur ou à proximité des quatre marchés publics. Ces points d’eau, qui seront équipés de toilettes et de lavoirs, seront exploités par des associations d’usagers, selon une formule qui a fait ses preuves en Haïti.

L’enlèvement des ordures sera réorganisé par la mise en place de grosses bennes dans les endroits où sont déversées de grandes quantités de déchets solides et de poubelles le long des rues principales. Le service métropolitain d’enlèvement des ordures recevra des camions supplémentaires.

Un nouvel ensemble de bâtiments construit au centre de Carrefour abritera les bureaux d’une douzaine de services administratifs et d’entreprises publiques qui occupent actuellement des bâtiments loués dispersés dans toute la commune. Ce centre, qui sera doté de générateurs et de citernes à eau et câblé pour les services d’information et de communication, comptera en outre des succursales de banques et des restaurants.

Trois centres de culture et de loisirs seront construits et équipés à proximité des marchés publics, offrant aux habitants l’accès à des bibliothèques, des collections de bandes vidéo et des salles polyvalentes. Cinq parcs publics seront aménagés sur des terrains vagues au bord de la mer, et d’autres terrains plus petits seront convertis en espaces verts et en terrains de jeux.

Ce programme financera également la construction d’un foyer pour fillettes et adolescentes, qui accueillera en particulier celles qui font un travail domestique non rémunéré, les enfants des rues et les mineurs victimes d’exploitation sexuelle, et leur prodiguera des soins de santé ainsi que des services d’éducation et de traitement du VIH/sida et des maladies vénériennes.

Les principales artères de Carrefour seront améliorées afin d’y alléger les encombrements et d’y permettre un meilleur accès pour les camions de ramassage des ordures et les transports publics

Les Chefs-lieux de département

Ce programme prévoit également de financer la construction et l’équipement de centres administratifs et de centres de services au Cap Haïtien (Nord), aux Cayes (Sud), à Fort-de-Liberté (Nord-est), à Gonaïves (Artibonite), à Hinche (Plateau Central), à Jacmel (Sud-est), à Jérémie (La Grand’ Anse), à Miragoâne (Nippes) et à Port-de-Paix (Nord-ouest).

Des services culturels et communautaires seront également dispensés dans ces centres, qui comprendront notamment des bibliothèques et des activités et jeux pour les jeunes. Les bâtiments seront dotés de groupes électrogènes, de citernes à eau et de puits.

Ces investissements devraient améliorer l’accès aux services administratifs et sociaux pour la population croissante des chefs-lieux de département d’Haïti et permettre de réaliser une économie de dépenses de location de bureaux.

Exécution du programme

Ce programme sera exécuté par une équipe technique d’exécution relevant du Cabinet du Premier Ministre, qui coordonnera les efforts des services administratifs, des institutions et des entreprises publiques qui seront engagés dans l’exécution de ses diverses composantes.

Pour assurer la qualité et la continuité tout au long de l’exécution de ce programme, il sera fait appel à une entreprise de gestion de projet qui appuiera l’action de l’équipe technique chargée de son exécution.

Des fonds seront réservés pour couvrir les coûts d’exploitation et d’entretien des espaces communs des centres administratifs et culturels, le foyer de jeunes filles et les équipements de loisir pendant leurs deux premières années de fonctionnement.

Le programme permettra également de financer une assistance technique et une formation pour les personnes chargées de fournir les services publics aux échelons national et municipal et pour les groupes qui assureront la gestion des marchés publics et des bornes-fontaines publiques à Carrefour.

Ce prêt est remboursable en 40 ans, avec un différé d’amortissement de 10 ans, et porte intérêt au taux annuel de 1% pendant les dix premières années et de 2% par la suite.

L’appui de la BID à Haïti

La Banque interaméricaine de développement a le plus gros portefeuille de prêts en cours d’exécution en Haïti. Avec ce nouveau prêt, à l’échelon national, elle a affecté $430 millions au financement de programmes dans des secteurs tels que l’infrastructure de base, les transports, l’agriculture, l’eau et l’assainissement, l’enseignement primaire, la formation professionnelle, le développement communautaire et de petits projets productifs. Elle appuie également des réformes des finances publiques et de la gestion de l’économie.

D’autres prêts représentant un total de $150 millions, à un stade de préparation avancé, sont destinés à financer des opérations de développement rural, de gestion de l’environnement, de prévention des inondations et d’accès au crédit pour les petites et moyennes entreprises.

Dans le but d’accélérer l’exécution des programmes et les décaissements, la BID a simplifié ses procédures, est devenue plus flexible et a renforcé son bureau de Port-au-Prince pour répondre aux besoins d’Haïti qui sont en constante évolution.

La BID coordonne étroitement ses activités avec les autres bailleurs de fonds et institutions multilatérales pour appuyer les priorités du Cadre de coopération intérimaire d’Haïti, qui vise le redressement économique, l’amélioration des services de base et la transition vers une nouvelle administration élue démocratiquement.