News banner image

Infos

Les casques bleus de l’ONU vont exécuter des travaux d’infrastructure financés par la BID en Haïti

PORT-AU-PRINCE – La Banque interaméricaine de développement a annoncé aujourd’hui le début d’une nouvelle phase de réfection infrastructurelle en Haïti, dans le cadre d’une initiative du gouvernement haïtien, à savoir que la force onusienne de maintien de la paix et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) vont mettre en œuvre les projets financés par la BID.

La BID et Haïti ont signé un accord selon lequel les ressources d’un prêt en cours de $70 millions seront utilisées  pour des projets, tels que la reconstruction et la réfection de routes rurales par le personnel militaire de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Les autorités haïtiennes ont également signé un accord avec la MINUSTAH et le PNUD pour officialiser leur participation.

« Ces accords établissent une collaboration unique entre le gouvernement haïtien, la BID et les Nations Unies, soulignant l’engagement de toutes les parties prenantes à adopter des solutions innovatrices pour soutenir le développement économique et social d’Haïti », a déclaré Emilio Cueto, représentant de la BID à Port-au-Prince.

Les premiers projets devant être exécutés par la MINUSTAH et disposant d’environ $5 millions de fonds de la BID, ont trait à la réfection de plus de 80 kilomètres de routes essentielles dans le nord et le nord-ouest du pays, reliant les villes de Port de paix et de Limbé à Cap Haïtien, deuxième plus grande ville et port important.

Les projets, qui doivent commencer le mois prochain sous la supervision de la section chargée de l’exécution technique du programme d’infrastructure et du Ministère des Travaux publics, fourniront aux communautés piscicoles et rurales de meilleurs réseaux de transports et de communications vers les marchés urbains régionaux et amélioreront leur accès aux services sociaux de base.

La MINUSTAH, qui a environ 6 200 troupes de 19 pays en activité en Haïti, fournira des engins de terrassement et d’autres équipements lourds. Les contingents chilien et équatorien approvisionneront leurs ingénieurs militaires en matériel pour la réalisation des projets.

Le PNUD, ayant une longue expérience en Haïti, gérera les ressources allouées par le prêt et coordonnera les travaux auxquels participeront les casques bleus des Nations Unies. Par ailleurs, l’agence encouragera la participation des communautés locales aux projets routiers, en embauchant des ouvriers et en achetant du matériel dans les zones de reconstruction.

La participation des Nations Unies vise à garantir l’exécution des projets dans les délais appropriés et à développer l’appropriation locale des travaux achevés, posant ainsi les fondements pour l’entretien routier à venir. Par ailleurs, elle permettra une diminution des coûts pour Haïti, puisque la MINUSTAH et le PNUD doivent apporter d’importantes contributions à l’exécution des projets.

Un suivi de près de l’exécution des projets permettra de déterminer quand et comment ce partenariat entre le gouvernement haïtien, la BID et les Nations Unies pourra être reproduit afin de contribuer à la lutte contre la pauvreté en Haïti.

Soutien de la BID à Haïti

La BID détient le plus grand portefeuille de programmes de développement en cours en Haïti, avec quelque $320 millions disponibles pour le financement de projets dans des zones prioritaires en vue du redressement économique du pays, y compris les routes et l’agriculture, ainsi que les programmes sociaux relatifs à la santé, à l’éducation, à l’eau et l’assainissement et à des petits projets de développement économique et communautaire à l’échelle nationale.

Dans le cadre de son action visant à accélérer la mise en application des projets et à mieux répondre aux besoins en constante évolution du pays, la BID a adopté une approche flexible, des procédures simplifiées et des mesures ayant pour but de renforcer son bureau à Port-au-Prince, ainsi que les moyens des agences d’exécution haïtiennes devant gérer les programmes de développement.

La BID, qui coordonne étroitement ses travaux avec d’autres organismes et bailleurs de fonds internationaux  soutenant le Cadre de coopération intérimaire d’Haïti, est en train de préparer de nouveaux prêts libéraux d’un montant total de $270 millions pour financer des programmes de développement rural et routier, de gestion environnementale et des systèmes d’alerte précoce en cas d’inondations, d’amélioration de quartiers urbains et de formation professionnelle.

D’autres projets en préparation comportent le soutien à l’augmentation du crédit pour les PME, l’accroissement de la compétitivité relative à la production du café haïtien et la création de mécanismes alternatifs de résolution de conflits commerciaux. Des dons seront également accordés pour le renforcement du Ministère à la Condition féminine et pour la  réduction de la violence sévissant dans les ménages.

Des prêts additionnels de la BID à décaissement rapide continueront d’appuyer les réformes de gouvernance économique en Haïti afin d’accroître la transparence et la responsabilité quant à la gestion des finances publiques, et de renforcer l’administration fiscale et le recouvrement des impôts.