News banner image

Infos

La Piste du Tequila : pèlerinage dans l’âme mexicaine
Mariano Ceja Velasco est un visage connu des touristes qui visitent Tequila, une ville mexicaine du centre de l’État de Jalisco connue pour ses distilleries et ses plantations d’agaves. Velasco transporte ses visiteurs dans un bus jaune en forme de bouteille de tequila.

Les touristes visitent les distilleries de Tequila dans un bus jaune en forme de bouteille de tequila.
(Photo: Yves Lesenfants)

Tequila est beaucoup plus que la boisson qu’elle produit et qui porte son nom », affirme Ceja, qui travaille depuis 20 ans comme guide touristique de la région. « Nous avons des ressources naturelles qui étaient jusqu’ici inexploitées. Nous avons une culture dont personne ne parle. Et nous avions besoin d’attirer les touristes, ce qui explique la forme de nos véhicules ».

Ceja n’est que l’un d’un nombre croissant des chefs de micro et petites entreprises de cinq municipalités de Jalisco à avoir bénéficié d’un projet de tourisme durable financé par le Fonds multilatéral d’investissement, filiale de la Banque interaméricaine de développement, et la Fondation José Cuervo.

Le MIF, qui accorde des dons à des entreprises pour les aider à améliorer leur compétitivité, investit dans des projets de tourisme durable dans l’ensemble de l’Amérique latine et des Caraïbes afin de promouvoir le développement local. Ces projets aident les petites entreprises à développer une activité viable centrée sur le tourisme tout en permettant aux collectivités locales de préserver leur culture et leur environnement.

Empruntant aux célèbres routes des vins de Californie et d’Europe, ce projet a créé une route – appelée la Piste du Tequila – pour les touristes désireux de découvrir non seulement cette boisson mais aussi les ressources naturelles, la culture et les sites historiques de la région. Il a également dispensé une formation afin d’aider les petites entreprises à améliorer la qualité de leurs services.

D’après Federico de Arteaga, chef de l’équipe du projet de la BID, ce projet a permis d’attirer davantage de touristes vers la région, de créer de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois, et d’aider la population locale à préserver sa culture et son environnement.

La piste

L’État de Jalisco, le quatrième du Mexique pour sa population, est l’État d’où viennent les Mariachis et les Charros, ces traditionnels cowboys mexicains. Il a un volcan inactif et les ruines d’une ancienne civilisation, connue sous le nom de los Guachimontones. Son riche sol volcanique est idéal pour la culture de l’agave bleu, principal ingrédient du tequila, boisson produite dans la région depuis le XVIème siècle.

La route a été inaugurée en avril et relie cinq municipalités - Tequila, Arenal, Magdalena, Amatitlán et Teuchitlán – région déclarée « Patrimoine de l’humanité » par l’UNESCO.

La Piste du Tequila
(Photo: Yves Lesenfants)

« Ce projet réunit plusieurs éléments de la culture et du paysage mexicains, ce qui permet aux petites entreprises locales, et non pas seulement aux grands groupes de la région, de tirer profit du tourisme, » déclare Arteaga.

L’exécution du plan a été confiée au Comité de réglementation du tequila (CRT), groupe à but non lucratif représentant l’industrie du tequila.

Le projet a dispensé une formation gratuite aux micro et petites entreprises de la région. Ces entreprises ont tout appris : organiser leur programme de travail, faire les lits et apprendre aux touristes à ne pas jeter de détritus et à recycler.

Après avoir reçu cette formation, Ceja, ayant appris à mieux gérer son entreprise, a vu doubler le nombre de passagers de ses autobus.

Réseau d’entreprises

Ces cours apprennent également à leurs participants à travailler en groupe en formant un réseau d’entreprises de tourisme pour vendre les produits de chaque entreprise et faire connaître les attraits naturels, culturels et historiques de la région aux touristes.

Les entreprises qui répondent aux normes fixées par le projet se sont vu attribuer un label de qualité « Tequila Turístico ». Pour s’associer à ce programme et recevoir ce label, les petites entreprises doivent établir un plan d’activités qui respectent l’environnement, la culture et les traditions de la région ; et participer à des stages.

Jusqu’ici, 40 entreprises ont reçu ce label et 260 autres devraient le recevoir d’ici à la fin du projet, déclare Arteaga. D’ici là, quelque 1 400 personnes auront reçu une formation.

« Auparavant, nous étions très individualistes, mais aujourd’hui, grâce au projet, nous avons appris à travailler en équipe », déclare Maria de Jesus Landero Rivera, propriétaire d’un petit hôtel de Tequila, qui a reçu le label Tequila Turístico après avoir suivi le stage. « Je n’hésite pas à présent à faire des recommandations à mes clients car je sais qu’ils recevront le même niveau de service que chez moi ».

Nouvel investissement

Depuis l’an dernier, l’afflux de touristes vers la région a quintuplé après que la nouvelle de l’ouverture de la piste s’est propagée, avant même son inauguration officielle. La dépense moyenne par touriste a également augmenté, atteignant 550 pesos par jour, en hausse de 38% par rapport à l’année précédente, d’après Martha Venegas, coordonnatrice du projet Tequila Trail au CRT.

Beaucoup de restaurants dans la ville servent les plats traditionnels de la région.
(Photo: Yves Lesenfants)

De meilleures perspectives ont incité des chefs d’entreprises locales comme Alberto Rosario Muñoz, vendeur de mobilier en gros, à se lancer dans une nouvelle activité. Muñoz a ouvert un restaurant à Tequila qui sert des plats traditionnels de la région, notamment des crevettes cuites dans du tequila et des poivrons farcis de viande, d’épices et de fruits.

« Nous avons vu le vaste potentiel du projet et avons décidé d’effectuer un important investissement », déclare Muñoz, dont le restaurant a également reçu le label de qualité. « Le stage nous a appris comment traiter le client et même comment servir un plat ».

Après le lancement du projet, un autre commerçant, Jorge Torres, a triplé le nombre de chaises de son restaurant familial, le portant à 150, dans la municipalité d’Arenal.

Pour Rivera, propriétaire d’un hôtel à Tequila, le projet lui a apporté la stabilité financière. Elle a abandonné un second emploi car l’accroissement du nombre de touristes a rendu son hôtel de huit chambres plus rentable. La demande est si forte, que Rivera vient de faire construire neuf chambres supplémentaires et d’engager trois personnes pour l’aider à tenir l’établissement.

Le projet a permis aux pauvres de la région d’améliorer la qualité de leurs produits, affirme Venegas. Par exemple, il a aidé les artisans à améliorer leurs méthodes de production et de conditionnement.

Dans le cadre du plan quadriennal approuvé en 2006, le MIF et la Fondation José Cuervo investiront plus de USD 3 millions pour exploiter la piste, créer des services et former des entrepreneurs. Le projet a également permis d’attirer plus de USD 4 millions d’investissements publics et privés pour créer une nouvelle infrastructure et de nouvelles entreprises dans la région.