News banner image

Infos

A la tête de l'action internationale d'aide au développpement

La Banque interaméricaine de développement s’est associée aux pays donateurs et agences multilatérales à l’occasion d’une conférence internationale qui s’est tenue à Washington, D.C., afin d’accroître l’aide financière pour des programmes prioritaires en vue du redressement politique, économique et social en Haïti, pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

La Commission européenne, la BID, les Nations Unies et la Banque mondiale ont été les hôtes de la conférence des 19 et 20 juillet, sous la direction du gouvernement provisoire haïtien. Les participants y ont discuté du  Cadre de coopération intérimaire(ICF), un document comportant une évaluation des besoins de développement les plus pressants pour Haïti dans les deux années à venir. Le dernier jour de la conférence, les donateurs se sont engagés à apporter une contribution s’élevant à 1,08 milliard de dollars, dont 260 millions de dollars par la BID.

La BID est la principale source de financement quant aux programmes de développement à long terme en Haïti. À l’heure actuelle, son portefeuille comprend des prêts assortis de conditions libérales totalisant près de 400 millions de dollars, dont 340 millions peuvent être décaissés dans les toutes prochaines années. Les projets soutenus par la BID couvrent des secteurs identifiés comme étant prioritaires dans le Cadre de coopération, à savoir : l’éducation, la santé, l’eau potable et l’hygiène, les routes rurales, l’agriculture, l’infrastructure de base et le développement local.

Deux opérations d’un montant total de 75 millions de dollars sont des prêts en faveur des réformes à décaissement rapide qui appuient des mesures clefs visant à renforcer la confiance dans la gouvernance économique d’Haïti, de consolider la gestion de ses finances publiques et d’accroître la transparence et la redevabilité dans le secteur public. Bon nombre des projets d’investissement, qui sont conçus pour être mis en œuvre sur des périodes de quatre ou cinq ans, ont déjà atteint un niveau où d’importants décaissements sont effectués.

Conformément aux objectifs établis par le Cadre de coopération intérimaire, à savoir stimuler la création d’emplois et générer des revenus pour les pauvres, les projets financés par la BID s’efforcent de faire appel à des méthodes à forte intensité de main-d’oeuvre, par exemple pour les travaux de génie civil pour la réfection des routes ou la construction de petits projets d’infrastructure dans des communautés isolées. Ils contribueront également à atteindre les objectifs clefs du gouvernement intérimaire haïtien, à savoir le soutien de l’activité économique et l’accroissement du niveau de vie.

Par ailleurs, la BID s’attache à renforcer les moyens du secteur public haïtien afin qu’il exécute des activités cruciales, telles l’administration des fonds publics et le recouvrement des impôts. Ceci en vue d’aider les agences publiques à combler leurs besoins en expertise technique et professionnelle leur permettant de planifier, de surveiller et d’exécuter les projets de développement.

La BID, dont le bureau extérieur à Port-au-Prince est resté ouvert pendant la période de crises par lesquelles le pays est passé récemment, coordonne étroitement ses activités avec les nations donatrices et d’autres agences multilatérales afin de veiller à un investissement judicieux et efficace des ressources apportées par la communauté internationale.