haiti

Les champions des haïtiens

 

Haïti a déjà décidé. Les quelque 27700 votes envoyés par SMS ont désigné les cinq meilleurs leaders locaux, c´est à dire des jeunes qui s´investissent dans la vie de leur communauté à travers des projets innovants et durables. Ce sont les Chanpyon Lakay - champions de la maison en créole - qui sont devenus de véritables exemples de leadership dans les réseaux sociaux.
 
Alix, Annajea, Exson, Katerine, Laurore, Marheline, Modelyn, Naïchka, Norisner et Odel ont mobilisé, au cours des derniers mois, toutes leurs connaissances pour obtenir le plus de votes possibles, participé à des interviews à la radio et à des Facebook Lives. Quel est l'enjeu ? Les cinq premiers lauréats recevront une bourse d'étude au Canada et 50000 gourdes - 575 $ US - afin d´investir dans leur projet. Les autres ne partiront pas les mains vides : ils recevront 35000 gourdes (soit environ 400 dollars US), en appui à leur initiative.
 
Quel que soit le résultat, certains finalistes comme Modelyn Henry, qui veut mobiliser sa communauté pour construire des services publics, se sentent déjà récompensés. « Je me considère déjà comme un champion. Quelle que soit la décision finale, je serai heureux d’embrasser et de féliciter les gagnants car je sais exactement combien ils ont travaillé, après avoir fait le même voyage qu’eux. »  Annajea Seraphin sent la même chose : « chaque fois qu'un inconnu m'écrit sur les réseaux sociaux pour me féliciter après avoir vu ma vidéo, cela me donne de l'espoir ».

Pour qui voteriez-vous ? Choisissez votre Chanpyon Lakay parmi les 10 finalistes

 

Chanpyon Lakay est une initiative du Centre haïtien pour le leadership et l'excellence (CLE), une institution née un an après le terrible tremblement de terre de janvier 2010. Ce fut sans doute l'une des rares conséquences positives. « CLE est le bébé d'un groupe de leaders dynamiques et exemplaires de tous les secteurs, unis dans de multiples discussions qui constituent la mission et la vision du projet », explique Maryse Pénette-Kedar, l'une des cofondatrices.
 
Leur but était d´en finir avec ce que certains considéraient comme une vision négative du concept de leader en Haïti, associé davantage à des modèles individualistes et transactionnels et, dans la plupart des cas, à des personnes déconnectées de leur entourage communautaire. Le projet visait à promouvoir le leadership avec un nouveau sens, basé sur les succès et les innovations des Haïtiens, afin de créer un virage dans la perception nationale et internationale.
 
Pour ce faire, ils ont commencé par rechercher des exemples positifs de leadership et à les documenter. Ils ont identifié une douzaine de cas d'étude tels qu´Ouanaminthe, où une initiative communautaire a conduit à l´amélioration des routes entre la ville et la République dominicaine. Ensuite, ils ont commencé à former et à mettre en relation les leaders haïtiens qui travaillaient déjà, souvent anonymement et avec beaucoup d’efforts. Petit à petit, ils ont commencé à créer une cartographie des succès, afin d´en raconter les histoires.
 

Carte: Où sont les champions haïtiens ?

 

La méthodologie du CLE se focalise sur la promotion de l'autosuffisance et de la résilience, un modèle qui engendre de meilleurs résultats que les programmes de formation en entreprise. Le processus consiste à identifier et à exploiter les ressources que la communauté possède déjà - humaines, économiques, naturelles, organisationnelles - au lieu de travailler à partir des besoins. Il s´agît aussi de promouvoir des partenariats mutuellement bénéfiques avec la communauté internationale, afin que les dirigeants commencent à les considérer comme des investisseurs et non plus comme de l´aide.
 
Pour la Banque interaméricaine de développement (BID), l'un des bailleurs de fonds de ce projet, cette approche complète les efforts déployés dans le pays pour améliorer le climat des affaires, pour augmenter l’accès aux services publics essentiels et renforcer les capacités institutionnelles. Les dirigeants communautaires, essentiels au développement des pays, font face à de nombreux obstacles en Haïti, d’où l’importance de ce programme cherchant à soutenir l'expérience locale et les ressources propres.  
Huit ans après sa création, le CLE a déjà réussi à s´implanter dans les 10 départements du pays, aussi bien ruraux qu’urbains, et plus de 2 500 personnes ont déjà participé à ses activités. L´idée du concours est née après avoir pris conscience du potentiel des dirigeants locaux.
 
Qu'est-ce qui fait un bon Chanpyon Lakay ? Selon les bases du concours, ils faut qu´ils soient des chefs de projet qui donnent un rôle actif aux bénéficiaires, à leurs normes et à leur culture. Il faut qu´ils soient durables tant sur le plan économique que sur le plan de la technologie et de l'innovation. Ils doivent respecter l'environnement et prendre en compte les minorités et la perspective de genre. La cérémonie de clôture du concours, organisée le 24 mai, a réuni tous les ingrédients d’une grande finale, puisque les finalistes ont découvert sur place l´identité des cinq gagnants.
 
Voulez-vous les connaître ?

 

 

La reconnaissance des Chanpyon Lakay est une étape importante pour la construction d’un nouveau modèle de leadership en Haïti, qui soit fondé sur des valeurs telles que la collaboration, l’esprit d’entreprise, l’autosuffisance et l’inclusion. « Ces jeunes gens font des choses incroyables en utilisant de manière créative toutes les ressources et les opportunités disponibles pour créer un changement dans leurs communautés », a déclaré Maryse Pénette-Kedar, l'une des cofondatrices de CLE.
 
Un nouveau futur semble plus proche pour Katerine Vital, une fille de 26 ans, qui a été le participant le plus voté avec près de 4000 SMS. « Grâce au concours, plusieurs personnes intéressées par mon projet de recyclage m'ont déjà contacté », a-t-elle déclaré. Dans le cadre de ce projet, Katerine souhaite collecter et transformer des déchets organiques en compost, afin de réduire les déchets dans sa communauté et de soutenir ainsi l'agriculture biologique. « Même le Ministère de l'environnement souhaite financer mon projet, ce qui me permettrait d'intégrer des techniques plus avancées », explique-t-elle.
 
La démarche de Katerine pour appuyer sa communauté, à l'instar du reste des participants, ne fait que commencer et nécessitera beaucoup d'efforts. Cependant, elle est enthousiasmée par cette idée. Naichka Leonard (le deuxième participant le plus voté) le résume ainsi : « un Chanpyon Lakay croit en lui-même, a des rêves et un plan et effectue des actions tous les jours pour en faire une réalité. »
 
Si vous souhaitez plus d'informations sur le travail du CLE dans le domaine du leadership communautaire en Haïti ainsi que sur le soutien de la BID et d'autres partenaires, visitez son site web.